Une nouvelle étude, grâce à la micro-tomographie à rayons X, a permis de découvrir que la momie embaumée était enceinte. © Boggy, Adobe Stock
Sciences

Découverte en Égypte d'une femme enceinte embaumée : une première

ActualitéClassé sous :archéologie , égypte , momie enceinte

-

Les muséums recèlent de nombreux objets dont les secrets n'ont pas encore été révélés par la science mais l'utilisation de la micro-tomographie à rayons X sur une momie oubliée révèle la découverte de la première femme enceinte embaumée.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le mystère de l'alignement des pyramides enfin résolu ?  Comment les ingénieurs de l’Égypte antique sont-ils parvenus à aligner avec tant de précision les pyramides de Gizeh le long des quatre points cardinaux ? Un chercheur a peut-être enfin trouvé la réponse. 

En 1826, l'une des momies du Muséum national de Varsovie a été offerte à l'Université de la ville. Pour les collectionneurs du muséum, elle est connue sous le nom de 236805/3 mais les hiéroglyphes inscrits sur le cercueil indiquent le nom de Hor-Djehuty. L'origine géographique exacte de cette momie demeure énigmatique mais elle provient vraisemblablement de tombes royales, ou d'une nécropole, situées à Thèbes, l'actuelle ville de Louxor en Égypte.

La momie est embaumée et enfermée dans un cercueil recouvert d'une enveloppe finement décorée par des hiéroglyphes et des symboles et qui ont, avec les bandelettes, permis de dater l'origine de la momie au Ier siècle avant J.-C. Jusqu'à très récemment, le corps de la personne embaumée n'avait pas pu être examiné à cause des bandelettes qu'il aurait fallu pour cela ôter ; cette action aurait inévitablement endommagé la momie dont le sexe demeurait par exemple inconnu.

Cercueil décoré et momie de l'ensemble 236805/3. © Muzeum Narodowe w Warszawie, micro-tomographie et rayons X par le Warsaw Mummy Project.

La micro-tomographie à rayons X révèle l'intouchable

La micro-tomographie à rayons X a donc permis de construire un modèle virtuel en 3D de la momie sans l'endommager. La technique de momification révèle que la personne était de haut rang. Plusieurs objets cachés parmi les bandages ont résisté au temps et aux voleurs, notamment des amulettes en forme de momies humaines ou avec des têtes de faucon, de babouin et de chacal.

Les modèles en 3D de la poitrine et des organes génitaux ont révélé que la momie était une femme et l'usure des dents et les sutures crâniennes permettent d'évaluer son âge entre 20 et 30 ans. L'analyse en 3D permet également de découvrir que la femme était enceinte au moment de son décès puisqu'un fœtus d'environ 7 mois apparaît sur le modèle virtuel. Curieusement, le fœtus n'a pas été momifié. L'une des hypothèses permettant de justifier cela est que le fœtus n'avait pas encore de nom puisqu'il n'était pas né ; or, cet attribut était considéré par les Égyptiens comme étant nécessaire afin d'accéder à la vie éternelle après la momification. Il est donc possible que la momification n'ait pas été réalisée puisqu'elle n'avait aucune utilité religieuse. 

Hor-Djehuty est la première femme enceinte momifiée à être étudiée

Le déroulement et la mortalité au cours de la grossesse dans l'Égypte antique sont très peu connues, elles sont principalement documentées par des textes et des illustrations. Hor-Djehuty est la première femme enceinte momifiée à être étudiée. Sa découverte ouvre des perspectives passionnantes dans le domaine de la santé, pour l'étude du développement anatomique et du système immunitaire mais aussi en ce qui concerne les croyances égyptiennes liées à la vie éternelle en fonction de différents stades de développement. Cette découverte encourage donc à entreprendre plus de fouilles, sinon en plein air, dans les collections des muséums. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !