Les cavités nasales sont situées dans l'os maxillairemaxillaire, elles contiennent de l'airair et servent ainsi à réchauffer et nettoyer le neznez. À l'intérieur de ces cavités se trouvent les récepteurs olfactifs.

A quoi servent les cavités nasales ? © Myriams-Fotos, Pixabay, DP

A quoi servent les cavités nasales ? © Myriams-Fotos, Pixabay, DP

Dans la cavité nasale, les cellules des récepteurs olfactifs (en 6 sur le schéma ci-dessous) transmettent les moléculesmolécules odorantes à des neuronesneurones. Ces derniers génèrent alors un influx nerveuxinflux nerveux qui se transmet au bulbe olfactif (1) puis au cerveaucerveau.

Sont représentés sur le schéma : le bulbe olfactif (1), les cellules mitrales (neurones) (2), l'os maxillaire (3), l'épithélium olfactif (4), les glomérules olfactifs (5) et les cellules des récepteurs olfactifs (6).

Sont représentés sur le schéma : le bulbe olfactif (1), les cellules mitrales (neurones) (2), l'os maxillaire (3), l'épithélium olfactif (4), les glomérules olfactifs (5) et les cellules des récepteurs olfactifs (6).

Composition de la cavité nasale

Comme on peut le voir sur le dessin ci-dessous, une cavité nasale n'est pas un « trou ». Elle est rempli de chair (en mauve) : ce sont les cornets. L'air passe dans les parties blanches qui sont de faible épaisseur (1 à 3 millimètres), ce qui explique qu'on ne sente plus rien lors d'un rhume : la voie est bouchée et l'on « perd le goût » (en fait, l'odoratodorat). Elle s'obstrue aussi en cas d'inflammationinflammation, de polypes ou de déviation de la cloison nasaledéviation de la cloison nasale.

Coupe de la cavité nasale humaine. © Quae - Tous droits réservés

Coupe de la cavité nasale humaine. © Quae - Tous droits réservés

Le cycle nasal

Cette faible épaisseur permet de réchauffer l'air, de le filtrer et de l'humidifier. Vous avez peut-être remarqué qu'à certains moments l'air passe mieux par une de vos narinesnarines que par l'autre : c'est le cycle nasal.

En effet, environ toutes les quatre heures, l'un des conduits s'élargit tandis que l'autre se rétrécit. On ne connaît pas la fonction de ce cycle mais on peut le modifier en se couchant sur (ou en frottant) le côté opposé à la narine bouchée. En quelques minutes, cette narine s'ouvre tandis que l'autre se rétrécit.

Représentation schématique d'une coupe d'épithélium olfactif de vertébré. © adaptée de<a href="http://www.123bio.net/revues/vmatarazzo/fig2.html" target="_blank">Andres</a>, 1966,CC by-nc 3.0

Représentation schématique d'une coupe d'épithélium olfactif de vertébré. © adaptée de Andres, 1966, CC by-nc 3.0

Les produits odorants restent dans la cavité nasale : ils n'entrent en aucun cas dans le cerveau. Ce sont les neurones de l'épithéliumépithélium olfactif qui captent les molécules odorantes et, en réponse, génèrent un influx nerveux (courant électriquecourant électrique) : c'est lui qui entre dans le cerveau, d'abord vers le bulbe olfactif, ensuite vers le cortexcortex olfactif.