L'épidémie de peste noire a fait des ravages dans l'Europe médiévale. © Marioshka, Adobe Stock
Santé

La peste noire s’est propagée plus loin qu’on le pensait en Europe

ActualitéClassé sous :Peste noire , Moyen Âge , Epidémie

[EN VIDÉO] Vidéo : nouveau cas de peste bubonique en Mongolie-Intérieure  Dimanche 5 juillet 2020, les autorités de la région de Mongolie-Intérieure, au nord du pays, ont annoncé qu'un berger est atteint de la peste bubonique. 

La peste noire a décimé la population européenne au XIVe siècle mais ses limites géographiques demeurent aujourd'hui encore floues. La découverte de deux sépultures italiennes permet de lever le voile sur l'une de ces limites.

L'épidémie de peste noire a été l'une des plus meurtrières pour l'Homme. Au milieu du XIVe siècle, elle a décimé jusqu'à 60 % de la population européenne. L'épidémie de peste a dévasté l'Afrique du Nord et s'est étendue en Europe depuis l'Espagne à la Scandinavie en passant par la Grèce. La peste a atteint les rives de la Sicile en 1347 et a fait des victimes dans les grandes cités comme dans les petits villages du nord et du centre de l'Italie. En revanche, la présence de la bactérie Yersinia pestis, responsable de la peste noire, dans le sud de l'Italie, était encore débattue jusqu'à une récente étude présentée à l'occasion du European Congress of Clinical Microbiology & Infectious Diseases.

Des cas de peste noire dans le sud de l'Italie étaient reportés dans des documents historiques mais aucune tombe n'avait été soumise à des analyses d'ADN. Or, deux tombes ont été fouillées dans le cimetière de l'Abbaye de San Leonardo in Siponto, située à Apulia, au sud de l'Italie. Cette section du cimetière est connue pour avoir servi à enterrer les morts entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle.

Exemples de sites européens où des victimes de la peste ont été enterrées au cours de l'histoire de l'Humanité. © Drancourt and Raoult, 2016

Inhumés avec leurs pièces d'or

Les fouilleurs ont ainsi excavé le corps d'un premier homme, âgé entre 30 et 35 ans, et présentant une bourse à sa ceinture contenant 12 pièces en argent. Un second homme, âgé de 45 ans, a également été exhumé, il portait des vêtements et quelques objets dont de nombreux grains d'une matière vitreuse et sombre qui auraient pu faire partie d'un chapelet ainsi que 99 pièces empilées qui se trouvaient probablement dans des sacs cachés sous ses vêtements.

Les chercheurs ont suspecté que les deux hommes avaient été des victimes de la peste noire et ce, pour plusieurs raisons. La première est qu'ils ont été enterrés avec des vêtements et un sac contenant des pièces, ce qui suggère qu'ils n'ont pas été fouillés avant l'inhumation. La seconde est que les pièces et les tombes datent de la seconde vague de pandémie de peste noire européenne. Pourtant, de nombreuses autres maladies infectieuses très courantes à cette période pourraient avoir causé le décès des deux hommes, telles que le paludisme, la tuberculose, le typhus épidémique et la brucellose.

Un carrefour propice à la propagation de la peste

Afin de confirmer leur intuition, les chercheurs ont effectué des analyses d'ADN sur les dents de ces deux hommes et y ont trouvé des traces de la bactérie Y. pestis. La souche de Y. pestis est de plus identique à celle des formes qui ont été trouvées dans le nord et le centre de l'Italie au cours de l'épidémie de peste noire.

Cette abbaye a dû être un foyer pour la propagation de l'épidémie de peste noire

Il s'avère en fait qu'au XIVe siècle, l'Abbaye de San Leonardo in Siponto était un important site religieux et un centre médical où plusieurs catégories de voyageurs faisaient étape pour se reposer. Il s'agissait notamment d'un carrefour pour les pèlerins qui se dirigeaient le long de la Via Francigena vers le Sanctuaire de Monte Sant'Angelo ainsi que pour les marchands qui passaient par le port de Manfredonia. Cette abbaye était donc un lieu d'échanges importants qui a dû être un foyer pour la propagation de l'épidémie de peste noire.

Caricature d'un médecin pendant une épidémie de peste. L'utilisation effective de cette tenue par les médecins est néanmoins incertaine. © MoreVector, Adobe Stock

Vous aimez nos articles et le travail de vulgarisation scientifique réalisé par nos journalistes ? Vous pouvez aujourd'hui nous soutenir en rejoignant nos abonnements sur Patreon

Deux formules d'abonnement vous sont proposées avec les avantages suivants : 

  •  « Futura sans publicité » : cet abonnement vous permet d'avoir un accès garanti sans publicités sur tout le site et à ses services pour 3,29 € par mois (+TVA). 
  • « Je participe à la vie de Futura » : en plus de l'accès sans publicité, cet abonnement vous donne la possibilité de participer à la vie de notre média indépendant (votes, contenu inédit, sondages, etc.) pour 6,29 € par mois (+TVA).

Voici la liste simple des étapes à franchir pour souscrire à l'abonnement qui vous plaît :

  • Rendez-vous sur notre compte Patreon pour découvrir nos abonnements
  • Choisissez l'abonnement qui vous convient
  • Créez-vous un compte sur Patreon pour débloquer cet abonnement et ses avantages
  • Vous recevrez ensuite un mail de confirmation pour votre inscription
  • Maintenant, vous pouvez avoir accès à toutes nos publications sur la plateforme Patreon, ainsi qu'aux articles sans publicité ! 
Rejoignez-nous sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !