Les anchois, ou engraulidés, sont de petits poissons inoffensifs pour l'Homme, de l'ordre des Clupéiformes. Toutefois, leurs cousins apparus suite à l'extinctionextinction du Crétacé-Paléogène auraient été moins faciles à mettre en conserve... Dans une étude publiée dans The Royal Society Open Science, des chercheurs retracent quelques caractéristiques de deux clupéiformes, Clupeopsis et Monosmilus, aujourd'hui éteints. Ces poissonspoissons feraient partie des premiers représentants du groupe des engraulidés.

Contrairement aux clupéiformes modernes, pour la plupart planctivores, ceux-ci étaient des prédateurs probablement piscivorespiscivores. Dotés de canines dont... une dent de sabre ! Sur la mâchoire supérieure, ils disposaient de deux emplacements adjacents dont un seul était pourvu de cette longue dent élargie. Une asymétrie assez rare. Les chercheurs indiquent que « ces fossilesfossiles présentent une innovation trophique [liée à la chaîne alimentairechaîne alimentaire, ndlr] jusque-là non observée dans un milieu marin du Paléogène ancien » et qui n'a, visiblement, « pas persisté jusqu'à nos jours ». Actuellement, il existe tout de même quelques clupéiformes piscivores.

Autre détail les différenciant des anchois modernes : la taille. Quand un anchois mesure de nos jours quelques centimètres, Clupeopsis s'étendrait sur un demi-mètre et Monosmilus sur un mètre entier ! Bien que cela soit des estimations, puisque les spécimens étudiés n'ont pas été retrouvés dans leur intégralité. Il n'en reste pas moins qu'aux yeuxyeux des auteurs, les caractéristiques de Monosmilus et de Clupeopsis pourraient apporter des preuves supplémentaires que les anchois auraient dérivé d'un ancêtre piscivore.