Illustration en 3D de Mycobacterium tuberculosis. © Giovanni Cancemi, Adobe Stock
Santé

Regardez une cellule être tuée par le bacille de la tuberculose

ActualitéClassé sous :bactéries , bacille de la tuberculose , Cellules

Pour la première fois, des chercheurs ont filmé les dommages causés par la bactérie responsable de la tuberculose dans un macrophage. En moins de trois heures, la bactérie provoque la mort de la cellule.

La tuberculose, une maladie infectieuse provoquée par le Mycobactérium tuberculosis (appelé aussi bacille de Koch), serait apparue en même temps que les premiers hominidés en Afrique de l'Est, il y a à peu près trois millions d'années. Si elle semble avoir disparu des pays développés, notamment grâce au vaccin BCG, dix millions de personnes ont encore contracté la maladie en 2018, essentiellement en Asie du Sud-Est (44 % des cas) et en Afrique (24 % des cas).

Lors de l'infection, le bacille de la tuberculose retarde la mise en place de l'immunité adaptative. Grâce à deux facteurs de virulence, la bactérie est capable de survivre à l'intérieur du phagosome dans les cellules phagocytaires, comme les macrophages et les cellules dendritiques. Pour la première fois, des scientifiques norvégiens ont pu filmer ce processus sous l'oculaire de leur microscope. La vidéo, produite en juillet dernier, complète une publication parue dans Nature Communications il y a quelques mois.

La bactérie de la tuberculose (colorée en bleu) parvient d'abord à sortir du phagosome où elle se cache dans le macrophage. Lorsqu'il est détruit, elle devient violette. La bactérie parvient alors à détruire la membrane externe du macrophage. Lorsque cela se produit, il devient vert et après plusieurs dommages, le macrophage meurt finalement et libère la bactérie. © Gemini Forksing

Une mort cellulaire explosive

Pour se propager, la bactérie doit sortir de sa cachette. Elle provoque alors la cellule par pyroptose, où la cellule mourante excrète beaucoup de molécules particulièrement inflammatoires qui endommagent les tissus environnants. 

Grâce à différents marqueurs de protéine fluorescents, ils ont mis en évidence la cascade de réactions qui conduit à la mort de la cellule infectée par l'agent de la tuberculose. Sur la vidéo, la bactérie en bleu perce tout d'abord le phagosome. Elle apparaît alors en violet. Cela provoque la production de différentes protéines (le cytoplasme de la cellule devient vert) qui fragilisent la membrane plasmique du macrophage. Un inflammasome (boule verte) se forme juste avant la mort de la cellule. La bactérie peut alors sortir et se propager. Tout cela en moins de trois heures.

« Le bacille de la tuberculose perfore la membrane du macrophage. Cela enclenche une réponse immunitaire explosive durant laquelle la cellule qui abrite la bactérie meurt, lui permettant de se propager. La bactérie agit selon deux modes. Un, durant lequel elle se multiplie à l'abri dans la cellule et l'autre où elle sort de la cellule pour infecter des tissus sains », explique Trude Helen Flo, professeur au Centre of Molecular Inflammation Research en Norvège, dans un communiqué de presse.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !