Santé

En bref : de nouvelles armes contre la tuberculose multirésistante

ActualitéClassé sous :maladie , tuberculose , résistance aux antibiotiques

En France, les cas de tuberculose multirésistante aux antibiotiques sont en augmentation. Des solutions, avec de nouvelles molécules thérapeutiques, peuvent être utilisées contre cette maladie encore trop répandue dans le monde.

Le bacille tuberculeux Mycobacterium tuberculosis est toujours présent en France, avec parfois des formes résistantes à plusieurs antibiotiques. © Sanofi Pasteur, Flickr, cc by nc nd 2.0

Alors que la tuberculose faisait partie des maladies du passé, la France doit faire face à une recrudescence de la forme multirésistante (TB-MR). Après une stabilisation des cas entre 2006 et 2010 (environ 50 par an), leur nombre a augmenté en 2011 et 2012, passant de 69 à 92. Les épidémiologistes expliquent ce phénomène par les flux migratoires de plus en plus importants en raison de l'ouverture des frontières. La majorité des patients sont en effet originaires des pays de l'Europe de l'Est. À titre d'exemple, en 2012 la France enregistrait 26 cas de TB-MR en provenance de Géorgie contre... 2 en 2006 !

« Le bacille de la tuberculose peut devenir résistant aux antimicrobiens utilisés pour guérir la maladie, indique l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). La TB-MR est une tuberculose contre laquelle l'isoniazide et la rifampicine, les deux antituberculeux les plus puissants, ne sont pas efficaces. » Ce n'est pas tout, parmi les 500.000 cas annuels, 10 % sont dits ultrarésistants. Ce qui correspond à une résistance aux deux antibiotiques de première ligne donc, mais aussi à ceux de deuxième ligne (fluoroquinolones et au moins un antituberculeux injectable).

Heureusement de nouvelles molécules ont été développées. À l'image de la bédaquiline qui dispose d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) en France. Avec le délamanid, elle figure d'ailleurs sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS pour la prise en charge de la tuberculose.  Elle cible l'adénosine synthase, une enzyme indispensable à Mycobacterium tuberculosis. Ce nouveau mode d'action minimise le risque de résistance croisée avec les médicaments actuellement disponibles.

Cela vous intéressera aussi