La transplantation de microbiote fécal a permis de « rajeunir » des souris. © Alex, Adobe Stock
Santé

Les transplantations fécales inversent les signes de l'âge chez les souris

ActualitéClassé sous :microbiotes , système immunitaire , cerveau

Chez les souris, une greffe de microbiote d'un individu jeune vers un individu âgé résorbe l'inflammation typique du vieillissement dans plusieurs organes.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le microbiote intestinal, un allié précieux pour notre santé  Dans l’organisme, il existe différents microbiotes : celui de la peau, de la bouche, du vagin… Mais le plus important est le microbiote intestinal. Les scientifiques connaissent son potentiel depuis longtemps mais la mise au point de nouvelles techniques permet d’approfondir les recherches pour décrire la nature des interactions hôte-microbiote, celles des micro-organismes entre eux, et leur incidence en matière de santé. 

Et si les bactéries qui vivent dans notre intestin pouvaient être un moyen de lutter du vieillissement ? La transplantation du microbiote d'une souris jeune chez une souris âgée permet d'inverser l'inflammation liée à l'âge dans le cerveau, la rétine et l'intestin des rongeurs selon une nouvelle étude publiée dans Microbiome. Ce n'est pas la première fois qu'une greffe de microbiote permet de « rajeunir » des souris.

Les marqueurs de l'âge se résorbe chez les souris âgées greffées avec le microbiote d'une souris jeune. © Rob, Adobe Stock

Le microbiote résorbe l'inflammation liée à l'âge

Dans ce cas, les scientifiques ont d'abord éliminé le microbiote des souris réceptrices avant de leur donner des boulettes fécales qui contiennent le microbiote d'une souris plus jeune ou plus âgée. Ils ont aussi analysé les marqueurs de l'inflammation dans le cerveau, la rétine et l'intestin des souris greffées. Lorsqu'une souris jeune est greffée avec un microbiote issu d'un rongeur plus âgé, elle présente une inflammation caractéristique de l'âge. Inversement, une souris âgée, greffée avec le microbiote d'un animal jeune, voit ces caractéristiques se résorber.

Les implications de ces recherches sont encore floues, mais les scientifiques pensent que les modulations du microbiote pourraient prévenir les problèmes d'inflammation qui apparaissent avec l'âge. Des recherches restent encore à faire pour estimer les bienfaits sur le long terme de ces greffes de microbiote sur la santé des animaux et à terme sur la santé humaine.

Pour en savoir plus

La transplantation fécale rajeunit les souris

Article d'Éléonore Solé publié le 15 août 2021

Chez les souris, la transplantation d'un microbiote fécal de souris jeune vers une souris âgée semble « rajeunir » certaines capacités de ladite souris.

Environ deux kilos de micro-organismes vivent dans notre système digestif, selon l'Inserm. Des virus, bactéries, champignons et parasites qui influencent notre santé, dont nos fonctions immunitaires et neurologiques. Une nouvelle étude, publiée dans Nature Aging, propose que ce microbiome pourrait être une cible thérapeutique pertinente pour favoriser un vieillissement en bonne santé.

Une conclusion issue de transplantations de microbiote fécal. Les donneuses étaient des souris, soit âgées de 3 à 4 mois, soit de 19 à 20 mois, tandis que les receveuses avaient systématiquement de 19 à 20 mois. Seules les transplantations provenant de souris jeunes ont produit des effets. Elles ont « inversé les différences liées au vieillissement » sur certains aspects de l'immunité, écrivent les auteurs, mais elles ont également atténué les déficiences cognitives associées au vieillissement. 

Le microbiote intestinal serait impliqué dans le processus de vieillissement. © master1305, Adobe Stock

Chaque chose en son temps

« Des recherches antérieures [...] ont montré que le microbiome intestinal joue un rôle clé dans le vieillissement et le processus de vieillissement, rappelle John Cryan, coauteur de l'étude. Cette nouvelle recherche pourrait changer la donne car nous avons établi que le microbiome peut être exploité pour inverser la détérioration du cerveau liée à l'âge. Nous voyons également des preuves d'une amélioration de la capacité d'apprentissage et de la fonction cognitive. »

Ces résultats pourraient avoir d'importantes répercussions sur la gériatrie ou la prévention des symptômes du vieillissement. Mais il est « encore tôt », prévient John Cryan, pour se projeter dans des applications thérapeutiques : « Beaucoup plus de travail est nécessaire pour voir comment ces découvertes pourraient être traduites chez l'humain. »


Soutenez une rédaction engagée pour la vulgarisation scientifique sur Patreon ! 

Notre mission ? Rendre le savoir accessible au plus grand monde
Nous produisons chaque jour nos propres articles, enquêtes et reportages, le tout à taille humaine. Soutenez-nous dans cette démarche et cette ambition. 
Abonnez-vous à Futura sur Patreon ! 

Deux formules d'abonnement vous sont proposées avec les avantages suivants : 

  •  « Futura sans publicité » : bénéficiez d'un accès garanti sans publicité sur tout le site pour 3,29 €/mois (+TVA). 
  • « Je participe à la vie de Futura » : en plus de l'accès sans publicité, participez à la vie de notre média indépendant (votes, contenu inédit, sondages, etc.) pour 6,29 €/mois (+TVA).
Rejoignez-nous sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !