Des souris ayant reçu un complément d’une certaine enzyme ont vu ralentir la dégradation de leur état de santé naturellement due à l’âge et leur durée de vie prolongée de 16 % environ. © geralt, Pixabay License

Santé

Une protéine du sang retarde le vieillissement

ActualitéClassé sous :Corps humain , vieillissement , protéine du sang

Des chercheurs pourraient avoir découvert un moyen d'éviter les effets néfastes du vieillissement. Leurs travaux suggèrent en effet qu'une protéine abondamment présente dans le sang de jeunes souris joue un rôle capital en matière de maintien en bonne santé. Cette découverte s'appliquera-t-elle à l'Homme ?

Perte de l'acuité visuelle, prise de poids, résistance à l'insuline, déclin cognitif... Avec l'âge, les problèmes de santé se multiplient. Mais aujourd'hui, des chercheurs de l'université de Washington (États-Unis) pourraient avoir mis la main sur une protéine qui permettrait de limiter les effets néfastes du vieillissement.

La protéine en question : une enzyme bien connue des scientifiques et baptisée eNAMPT. Son rôle est d'orchestrer une étape clé du processus utilisé par les cellules pour produire de l’énergie. Or, avec l'âge, les cellules ont de plus en plus de difficultés à produire ce carburant, nommé nicotinamide adénine dinucléotide (NAD), pourtant indispensable à notre santé.

« Nous avons trouvé une voie totalement nouvelle vers le vieillissement en bonne santé », s'enthousiasme Shin-Ichiro Imai, professeur en biologie du développement. Car, selon les chercheurs de l'université de Washington, fournir à des souris âgées, des enzymes issues du sang de souris jeunes permet de stimuler la production de NAD et ainsi, de ralentir le vieillissement.

La durée de vie des souris auxquelles les chercheurs ont administré eNAMPT a augmenté. La durée de vie moyenne du groupe test est de 881 jours. L’une des souris testées était toujours en vie après 1.029 jours ! Sur cette vidéo, la souris la plus active a été traitée à l’eNAMPT, l’autre non. Les deux ont le même âge. © Université de Washington, YouTube

Des résultats spectaculaires chez la souris

Ils ont notamment pu observer -- chez des souris, donc -- une apparence physique plus jeune, une activité musculaire accrue, un meilleur sommeil, une mémoire plus vive, une amélioration de la production d'insuline ainsi que des fonctions des photorécepteurs de l'œil et même une durée de vie prolongée de 16 % environ.

Ce que les chercheurs de l'université de Washington ont ainsi montré, c'est que l'hypothalamus utilise l'enzyme appelée eNAMPT -- qui circule jusqu'au cerveau pour le système sanguin après avoir été libéré des tissus adipeux -- pour fabriquer du NAD. Lorsque le niveau de l'eNAMPT dans le sang diminue, l'hypothalamus perd en capacités. Et comme c'est lui qui régule notamment notre sommeil, nos rythmes circadiens et nos niveaux hormonaux...

Le lien eNAMPT/vieillissement existe-t-il chez l'Homme ?

Pour l'heure, les chercheurs ignorent si le lien eNAMPT/vieillissement est aussi direct chez l'Homme. Ils notent toutefois que le transport d'eNAMPT dans le sang se fait de la même manière chez l'Homme et la souris. Ils appellent donc à étudier plus avant le lien qui pourrait exister entre cette enzyme et les signes du vieillissement.

  • Les taux d’une enzyme appelée eNAMPT diminuent dans le sang des souris plus âgées.
  • Or, cette enzyme semble participer à la production de NAD, un carburant cellulaire indispensable à leur santé.
  • Ainsi, fournir à des souris âgées des eNAMPT de souris plus jeunes permet d’améliorer leur état de santé et de ralentir leur vieillissement.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : la génétique pourrait-elle inverser le vieillissement ?  Ralentir le vieillissement, voire l’inverser, voilà ce que pourrait offrir la génétique dans les années à venir. Mais où en est actuellement la recherche sur ce sujet ? Futura-Sciences a interviewé Vera Gorbunova, chercheuse en biologie, lors de son allocution à TEDxCannes, afin d’en savoir plus.