Santé

VIH : « la guérison est, dans l’état, impossible à affirmer »

ActualitéClassé sous :médecine , SIDA , VIH

La guérison d'un patient américain infecté par le virus du Sida a été annoncée par tous les journaux la semaine dernière. Pour analyser plus en détails les enjeux de cette nouvelle, Futura-Sciences a interviewé deux chercheurs spécialistes du virus du Sida.

Le patient guéri du virus du Sida ne représente pas un exemple généralisable. © DR

Anne Hosmalin est directrice de recherche au CNRS, directrice d'équipe à l'institut Cochin (Inserm, CNRS, université Paris-Descartes) et présidente d'une action coordonnée de l'ANRS (Agence nationale de recherche contre le Sida) AC31 s'intéressant aux cellules dendritiques. Geneviève Beck-Wirth est, quant à elle, en charge du suivi des patients vivant avec le VIH au centre hospitalier de Mulhouse. Elles reviennent en détails sur les recherches qui ont mené à la publication récente d'un article montrant la guérison d'un patient du VIH et nous offrent leur avis sur la question.

Un patient atteint de leucémie devait être traité par une greffe de moelle osseuse d'un donneur compatible. Puisqu'il était malheureusement en plus infecté par le VIH, les médecins « ont volontairement cherché parmi les donneurs compatibles si par hasard l'un d'entre eux n'avait pas une mutation de CCR5 », explique Anne Hosmalin.

En effet, le VIH possède des protéines gp120 en surface. Elles lui permettent de s'accrocher au récepteur CD4, possédé par certaines cellules sanguines notamment les lymphocytes T CD4+, et à des corécepteurs qui permettent la fusion de l'enveloppe à la membrane cellulaire et l'entrée du virus dans la cellule. La plupart du temps, ce sont les corécepteurs de type CCR5 qui sont utilisés par le virus et il avait été découvert qu'une mutation de CCR5 permettait à des patients d'être indemnes de la maladie tout en ayant été infectés. 

Le virus du Sida. © radio-canada.ca

« Il n’a plus besoin de traitement antirétroviral  »

« Une guérison serait une disparition complète du virus de l'organisme. Dans l'article les médecins ont recherché le virus très soigneusement dans différents compartiments susceptibles d'en contenir sans en trouver », explique Anne Hosmalin. En particulier, la présence du virus réplicatif a été recherchée dans le système lymphoïde du tube digestif où se trouvent les meilleures cibles du virus : les cellules CD4 activées. « C'était donc une bonne idée d'aller chercher le virus dans l'intestin par des biopsies intestinales du patient », où ils n'ont pas pu mettre en évidence le virus. « Il est guéri beaucoup mieux que les autres, dans la mesure où il n'a plus besoin de traitement antirétroviral », ajoute Anne Hosmalin, enthousiaste.

Mais il faut rester prudent. Il faudra désormais se méfier de la réémergence du virus car « le patient a un risque d'avoir gardé dans un réservoir latent une souche capable d'entrer non pas à l'aide du corécepteur CCR5, mais à l'aide du corécepteur CXCR4. » Il pourrait alors de nouveau être infecté dans la mesure où les auteurs ont montré in vitro que les cellules du patient sont sensibles à un virus possédant un tropisme pour le corécepteur CXCR4. « Je pense que tous les six mois ou tous les ans il va être testé pour savoir si le virus repart ». Mais Anne Hosmalin ajoute que « le patient n'est pas vraiment guéri, mais c'est le mieux qu'on ait pu obtenir jusqu'à présent comme guérison ». 

Une guérison à surveiller

Car après une greffe de moelle osseuse, « il peut rester des cellules hématopoïétiques du receveur, en petites quantités », explique Anne Hosmalin. « Dans cet article, la reconstitution a l'air d'être complète », mais dans le cerveau par exemple il peut y avoir des macrophages qui sont à l'abri du système immunitaire, à l'abri de l'activation, qui pourraient contenir du virus latent. « Éthiquement on ne peut pas le rechercher, mais théoriquement il y a une possibilité que le virus reste là. »

Pour Geneviève Beck-Wirth, « la guérison est, en l'état, impossible à affirmer et quoiqu'il en soit il ne s'agit pas de l'acquisition d'une réponse immunitaire dirigée contre le VIH mais bien de l'absence d'un des cofacteurs d'entrée du VIH dans la cellule ».

La technique ne pourra pas être généralisée

Si la guérison n'est pas prouvée, elle a toutefois permis au patient de vivre plus de trois ans sans antirétroviraux, un résultat très positif qui soulève l'espoir des malades du Sida. Mais deux problèmes majeurs se posent quant à la généralisation de ce type de technique.

La première raison est que « la greffe de moelle osseuse est une procédure thérapeutique dangereuse, justifiable seulement en cas de leucémie qui menace la vie du patient sans autre recours » d'après Anne Hosmalin. À la suite de la greffe les cellules hématopoïétiques du patient sont détruites : les cellules immunitaires, les plaquettes et les globules rouges sont absents. C'est une situation délicate à gérer, même dans les meilleures conditions.

La seconde raison, d'après Anne Hosmalin, est que « les donneurs de moelle qui ont la mutation en question sont très rares. Il est déjà difficile de trouver des donneurs de moelle qui possèdent des antigènes HLA compatibles, pour que la greffe prenne. Les chances de trouver un donneur muté sur CCR5 et compatible en HLA sont très minimes. »

Bloquer le corécepteur CCR5 : une idée intéressante qui n’est pas nouvelle

Nous avons compris que la greffe de moelle osseuse ne pourra pas être reproduite à grande échelle, mais d'autres techniques, basées sur le blocage du corécepteur CCR5, sont possibles.

« Il y a des laboratoires qui cherchent à faire une thérapie génique non pas en changeant les cellules hématopoïétiques mais en introduisant des gènes qui éteindraient l'expression de CCR5. » La thérapie génique est en soi une technique assez lourde et comporte des risques. « Cela pourrait être intéressant parce que cela pourrait traiter le patient en une seule fois, mais le fait que ce soit irréversible comporte aussi des risques. » En effet, « en l'absence de CCR5 on est sensible à d'autres virus, le West Nile Virus, virus de fièvre hémorragique mortelle. »

De plus, « il existe déjà un médicament qui inhibe l'entrée du virus par CCR5, le Maraviroc. C'est un médicament supplémentaire qui est donné en complément à la trithérapie. La solution médicamenteuse où l'on bloque CCR5 tous les jours et où on peut interrompre le traitement pour lutter contre un autre virus me paraît plus raisonnable qu'un traitement irréversible. D'autant que l'on a des traitements contre le VIH mais pas contre le West Nile Virus. »

Pour Geneviève Beck-Wirth, le problème le plus urgent n'est pas là. « À l'échelle de l'épidémie mondiale, il est plus réaliste de se battre pour un accès aux droits et aux traitements universels et non discriminants, y compris en France, et de permettre à des équipes de recherche de continuer à explorer toutes les pistes. »

Cela vous intéressera aussi