Santé

Un vaccin contre les effets de la cocaïne efficace chez la souris !

ActualitéClassé sous :médecine , vaccin , cocaïne

Les effets d'hyperactivité dus à la prise de cocaïne seraient inhibés par une simple vaccination, chez des souris immunisées. Si cela se confirme chez l'Homme, le vaccin pourrait être une bonne stratégie pour aider les cocaïnomanes (et plus généralement les autres toxicomanes) à sortir de l'addiction.

La cocaïne entraîne une dépendance qui pourrait être contrôlée par un nouveau vaccin. © perturbao, Flickr, CC by-sa 2.0

Les usagers de drogue et leur entourage le savent : il n'est pas facile de décrocher et la cocaïne ne déroge pas à la règle. Cette molécule procure un plaisir intense, proche de l'orgasme, mais ses effets sont très limités dans le temps. Au niveau moléculaire, la cocaïne agit sur le système nerveux central. Ses effets stimulants sont dus au blocage de la recapture de la dopamine au niveau des synapses. Le neurotransmetteur continue donc d'agir, provoquant notamment une augmentation du rythme cardiaque et une stimulation d'une zone du cerveau impliquée dans le plaisir (le noyau accumbens).

La phase de plaisir fait ensuite place à une phase plus morose, qui pousse le consommateur à renouveler l'expérience. Si la dépendance est davantage psychique que physique, les rechutes n'en sont pas moins courantes et peuvent parfois gâcher des vies. Le mieux est donc de ne pas y goûter...

Le rhume pour vaccin...

De nouvelles stratégies sont toutefois en cours de développement pour lutter contre l'addiction et semblent très prometteuses, comme nous le prouvent les chercheurs du Weill Cornell Medical College à New York. Ils ont en effet mis au point un vaccin qui annulerait les effets de la cocaïne chez des souris, une étude publiée dans la revue Molecular Therapy.

Le vaccin a été réalisé à partir d'un virus du rhume (adénovirus) possédant des mutations dans les gènes E1 et E3 impliqués dans la réplication du virus. Ainsi inactivé et non infectieux, le virus perd sa dangerosité et peut être modifié pour présenter au système immunitaire des molécules à combattre. L'adénovirus inactivé est d'ailleurs utilisé dans de nombreux vaccins (grippe...).

Le vaccin anticocaïne est issu de la modification d'un adénovirus, auquel un analogue de la cocaïne a été fixé sur les protéines de surface. © DR

Un analogue de la cocaïne (structuralement similaire mais plus stable) a alors été fixé de façon covalente aux protéines de capside en surface du virus. Théoriquement, le système immunitaire produira alors des anticorps dirigés contre la cocaïne qui, lorsqu'ils la rencontreront, la séquestreront et l'empêcheront d'aller jouer son rôle dans le cerveau des souris.

En pratique, le vaccin semble aussi efficace que prévu. Les souris auxquelles a été injecté le virus modifié produisent de grandes quantités d'anticorps spécifiques de la cocaïne, une substance pourtant habituellement tolérée par le système immunitaire. Testés in vitro, les anticorps issus des rongeurs possèdent la capacité d'agréger la cocaïne.

De bons résultats, à vérifier chez l’Homme

In vivo, les anticorps sont qualifiés de neutralisants, car ils inhibent l'effet de la cocaïne. En effet, lorsque ces souris immunisées reçoivent ensuite des doses de cocaïne (proportionnellement identiques à celles consommées par l'Homme), l'hyperactivité caractéristique de la prise de drogue est beaucoup moins prononcée que chez les souris contrôles.

Alors que des tentatives de développement de vaccins avaient échoué, il semble que celui-ci soit efficace jusqu'à 13 semaines, dernier point de vérification réalisé, et sur de multiples doses de cocaïne successives. Selon les auteurs, il est donc un candidat sérieux pour la lutte contre l'addiction chez l'Homme en général, car il pourrait inhiber de la même façon les effets d'autres molécules addictives (nicotine, héroïne...) chez les utilisateurs. Bien sûr, ce vaccin devra avant tout passer les différentes étapes de validation (efficacité et innocuité) avant d'être, peut-être, disponible.

Cela vous intéressera aussi