Santé

De l’urine pour soigner les maladies du cerveau ?

ActualitéClassé sous :médecine , urine , neurone

Des scientifiques chinois sont parvenus à créer des cellules du cerveau à partir d'échantillons d'urine... La méthode est franchement originale mais également efficace, capable de surpasser les techniques actuelles dans tous les domaines.

Chaque jour, en moyenne, un individu sans pathologie sécrète environ 1L d'urine. De quoi créer pas mal de cellules du cerveau ! © Polarlys, Wikipédia, cc by sa 3.0

Voilà un bel exemple de recyclage appliqué à l'Homme. L'urine concentre les déchets issus du métabolisme cellulaire et pourtant, à en croire de très sérieux scientifiques des Guangzhou Institutes of Biomedicine and Health, elle pourrait contribuer un jour prochain à traiter voire à soigner des maladies du cerveau.

Dans ce fluide biologique, des cellules épithéliales tapissant la paroi du rein se trouvent en suspension. Ces mêmes chercheurs ont réussi à créer en 2011 des cellules du foie, du muscle cardiaque ou du cerveau à partir de ces cellules rénales. Voilà une façon intéressante de produire des cellules souches pluripotentes induites (CSPi), que l'on fabrique plus couramment à partir de la peau.

Cette fois, ils récidivent dans la revue Nature Methods, avec un protocole nouveau et prometteur permettant de diminuer les délais de maturation et d'améliorer la fiabilité des cellules cérébrales ainsi créées. Ou comment l'urine peut soigner le cerveau.

Une urine à neurones

Les cellules souches représentent l'avenir de la médecine. Si l'origine embryonnaire des premières découvertes a soulevé un certain nombre de questions éthiques, les scientifiques ont trouvé un nouveau moyen de contourner le problème en créant des cellules pluripotentes à partir de tissus déjà différenciés (les CSPi). Mais là encore, la technique de reconversion n'est pas finement réglée et les vecteurs viraux nécessaires à la transformation induisent des mutations qui diminuent nettement les rendements.

Certaines maladies comme Alzheimer ou Parkinson se caractérisent par la mort des neurones. En remplaçant les neurones malades par des nouveaux, en pleine santé, et dotés du patrimoine génétique du patient, les médecins espèrent venir à bout de pathologies contre lesquelles il n'existe encore aucun traitement curatif. © Benedict Campbell, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Les chercheurs chinois ont peut-être trouvé la solution pour contourner le problème. À partir des échantillons d'urine de trois patients âgés de 10, 25 et 37 ans, ils ont isolé des cellules rénales. Au lieu d'utiliser un rétrovirus comme c'est habituellement le cas, les auteurs ont eu recours à un ADN bactérien capable de donner ses consignes depuis le cytoplasme cellulaire. Ainsi, il ne vient pas s'insérer dans l'ADN nucléaire, ce qui diminuerait les risques de perturbations. Au passage, cette supposition est théorique et n'a pas encore était démontrée.

In vitro, ces cellules deviennent pluripotentes en l'espace de 12 jours, quand il faut le double avec la procédure traditionnelle. Après transformation, elles prennent la forme de cellules souches neurales. Ces dernières, placées dans le milieu de culture idoine, se différencient en neurones fonctionnels en laboratoire. Si elles sont transplantées dans le cerveau de ratons nouveau-nés, elles évoluent et se transforment en neurones, en astrocytes ou en oligodendrocytes (ces deux dernières catégories étant des cellules de la glie, formant l'environnement des neurones). Elles n'ont pas créé de tumeur chez les rongeurs, chose que l'on craint avec les CSPi classiques.

Un modèle pour soigner les maladies du cerveau

La méthode semble donc prometteuse. L'urine est récupérée facilement selon des méthodes non-invasives, à l'inverse d'une prise de sang. La transformation cellulaire est plus rapide et, en évitant de toucher à l'ADN nucléaire, les auteurs espèrent améliorer les rendements. Une fois injectées chez l'animal, elles prennent au moins pendant un mois l'aspect et les caractéristiques moléculaires de cellules du cerveau.

La communauté scientifique semble accueillir chaleureusement la nouvelle. Avant d'envisager de les transplanter chez un patient souffrant de pathologies cérébrales, ces cellules constituent un bon modèle d'étude et permettront peut-être d'en apprendre davantage sur le fonctionnement du système nerveux central. Comme quoi, il n'y a vraiment rien à jeter.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi