Santé

Des cellules souches pour réparer le coeur humain

ActualitéClassé sous :vie

Un coeur endommagé peut être réparé par l'utilisation de cellules souches! C'est ce que viennent de démontrer une équipe de chercheurs Français de l'hôpital européen Georges Pompidou. Leurs travaux démontrent pour la première fois que les cellules souches musculaires injectées dans un coeur abîmé se développent et prennent en charge une partie des fonctions des cellules cardiaques.

Schéma d'une fibre musculaire

Des cellules souches musculaires (les myoblastes) ont été prélevées dans le muscle de la cuisse d'un homme ayant subit une attaque cardiaque. Ces cellules ont été cultivées in vitro, puis réinjectées dans son coeur. Les chercheurs ont noté que le coeur de cet homme de 72 ans fonctionnait mieux après le traitement.
Cependant, il a fallu attendre le décès de cette personne pour apporter la preuve formelle du rôle joué par les cellules souches et notamment que celles-ci s'étaient transformées en cellules cardiaques. Des résultats similaires avaient déjà été observés chez les animaux, mais c'est la première fois que les résultats obtenus chez l'animal sont confirmés chez l'Homme.

La contraction musculaire : le rôle de la myosine

Toute cellule musculaire est composée de différentes fibres assurant la contraction et la relaxation du muscle. Ces fibres sont constituées par des unités cylindriques appelées fibrilles. Ces fibrilles sont composées de deux protéines principales, l'actine et la myosine. Elles forment de longs filaments qui s'emboîtent et glissent les uns sur les autres pour assurer la contraction du muscle. Ce glissement est assuré par le mouvement de la myosine le long du filament d'actine.

Il existe plusieurs types de muscles. Les muscles striés (ou encore muscles squelettiques, assurant les mouvements volontaires), les muscles lisses ( mouvements involontaires, comme ceux de l'intestin), et le muscle cardiaque.
Il existe deux formes différentes de myosine, selon le type de muscle considéré. Les muscles squelettiques sont principalement constitués de fibres de myosine "rapides", alors que les muscles lisses et le coeur sont majoritairement constitués de fibres de myosines "lentes". Les fibres rapides sont rapidement fatigables, alors que les fibres lentes sont au contraire peu fatigables.

Pour prouver que les cellules souches myoblastiques s'étaient transformées en cellules utiles pour le fonctionnement du coeur, il était essentiel de montrer qu'elles étaient constituées en majorité par des fibres de myosine "lentes" et non pas de fibres rapides.
Les chercheurs ont observé que les cellules injectées ressemblaient toujours à des cellules squelettiques, mais possédaient beaucoup de fibres de myosines lentes. Normalement, les cellules musculaires ne synthétisent qu'un seul type de myosine. Cela prouve que l'environnement cardiaque à probablement modifié la fonction des cellules souches myoblastiques pour leur permettre d'assurer une fonction cardiaque.

Une étude à grande échelle

L'homme participait à une étude ayant pour but de déterminer le niveau de sécurité de la technique utilisée. Cette étude a porté sur une dizaine de patients ayant souffert d'une attaque cardiaque. Tous ont montré une amélioration du fonctionnement du coeur.
Les chercheurs démarrent maintenant une étude internationale à grande échelle, portant sur 300 patients sur une durée de 3 ans, afin de déterminer précisément l'efficacité de cette thérapie sur le fonctionnement du coeur.

 Par le Dr. Olivier Namy Futura-Sciences UK

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi