En laboratoire, des extraits de chêne blanc, ici en photo, de peuplier tulipe et de canne du diable se sont montrés efficaces pour lutter contre trois superbactéries. © TippyTortue, Fotolia

Santé

Des extraits de plantes pour lutter contre de dangereuses superbactéries

ActualitéClassé sous :médecine , bactéries , superbactéries

Au XIXe siècle, la guerre de Sécession a généré une situation de crise qui poussa les médecins en mal de médicaments à se tourner vers les plantes. Dans un guide, ils ont alors recensé 37 espèces utiles au traitement des infections. Des chercheurs confirment aujourd'hui l'efficacité de trois d'entre elles, au moins, contre des superbactéries, ces bactéries résistantes aux antibiotiques.

La guerre de Sécession, qui a fait plus de 600.000 morts aux États-Unis, n'a duré que 4 ans, de 1861 à 1865. Mais au plus fort de ce conflit, les médecins ont été confrontés à une pénurie de médicaments. Pour soigner les infections des blessés, ils se sont tournés vers la nature. Et des chercheurs de l'université Emory (États-Unis) ont étudié trois plantes figurant dans un guide des plantes médicinales traditionnelles qui circulait alors dans les hôpitaux de fortune.

Ils se sont plus exactement intéressés à des extraits d'écorce et de galles du chêne blanc, à des extraits de feuilles et d'écorces du peuplier tulipe et à des extraits de feuilles de canne du diable. Des extraits qu'ils ont ensuite testés sur trois espèces dangereuses de superbactéries, des bactéries multirésistantes associées aux infections de plaies.

La première, Acinetobacter baumannii, est particulièrement connue pour avoir infecté les troupes blessées au combat lors de la guerre en Irak. Elle résiste à la plupart des antibiotiques de première ligne et représente donc une menace majeure pour les soldats. La seconde, Staphylococcus aureus, est considérée comme la bactérie staphylococcique la plus dangereuse. Elle peut se propager par le sang et infecter des organes distants de la plaie. Enfin, Klebsiella pneumoniae est une autre cause majeure d'infection à l'hôpital et peut entraîner des cas de pneumonie et de choc septique mettant en jeu le pronostic vital.

Le guide des plantes médicinales publié aux États-Unis pendant la guerre de Sécession est un bel exemple d’éthnobotanique. Il montre comment les médecins peuvent se débrouiller lorsqu’ils sont limités à ce qui est disponible dans leur environnement immédiat. © Stephen Nowland, Emory University

Identifier les composés actifs

Les tests menés en laboratoire par les chercheurs de l'université Emory ont montré que les extraits de chêne blanc et de peuplier tulipe peuvent inhiber la croissance de Staphylococcus aureus. Ils l'empêchent aussi de former des biofilms qui agissent comme des boucliers à antibiotiques. Les extraits de chêne blanc se sont aussi montrés capables d'inhiber la croissance d'Acinetobacter baumannii et de Klebsiella pneumoniae.

Les extraits de canne du diable se sont, quant à eux, montrés particulièrement efficaces contre Staphylococcus aureus. Ils ont permis d'inhiber la formation de biofilms et de bloquer la détection du quorum, empêchant ainsi les bactéries de fabriquer des toxines et d'accroître leur virulence.

Une aide précieuse à l'heure de la résistance aux antibiotiques

Si aucun extrait n'a permis de réellement tuer les bactéries ciblées, les chercheurs estiment qu'à l'heure de la résistance aux antibiotiques, ces plantes pourraient tout de même apporter une aide précieuse en matière de lutte contre les infections. Pour cela, il leur faudra sans doute identifier les composés responsables de leur activité antimicrobienne.

  • Pendant la guerre de Sécession, les médecins américains ont utilisé des plantes pour aider les soldats à guérir de leurs plaies.
  • Des chercheurs ont étudié les propriétés antimicrobiennes d’extraits de trois d’entre elles.
  • Ces extraits se sont montrés efficaces contre trois superbactéries bien connues.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Des bactériophages pour contrer les bactéries résistantes aux antibiotiques  Les antibiotiques sont de moins en moins efficaces car les bactéries sont de plus en plus résistantes. L’Institut Pasteur travaille donc au quotidien sur des solutions dont l'une utilise les bactériophages, des virus n'infectant que les bactéries. Laurent Debarbieux, responsable du groupe Interactions bactériophages-bactéries chez l’animal, nous en parle plus en détail durant cette interview.