Les enfants siamois représentent une naissance sur 50.000 à 100.000. © Simon Dannhauer, Adobe Stock

Santé

Un bébé à deux têtes et trois bras est né en Inde

ActualitéClassé sous :Enfant siamois , Jumeaux , Inde

Naissance rare. Un enfant siamois vient de naître en Inde. Le premier cas d'enfant à deux têtes connu date du XIIe siècle. Depuis, bien que la science n'ait toujours pas dévoilé l'origine de leurs naissances, une théorie semble l'emporter.

Un couple du village de Basauda, en Inde, vient d'accueillir un bébé rare dans leur famille. Celui-ci est pourvu de deux têtes et trois bras. Initialement, l'échographie laissait penser que la mère donnerait naissance à des jumeaux. Siamois, l'enfant souffre d'une pathologie appelée Dicephalic parapagus, ce qui signifie que deux cerveaux partagent le même corps, et sont liés par un pelvis et un abdomen communs. Plus exactement, on parle de Dicephalic parapagus tribrachius, puisqu'il a développé trois bras : « tri » pour « trois » et « brachius » pour « bras ».

Les enfants siamois ne représentent qu'une naissance sur 50.000 à 100.000. Parmi eux, les jumeaux à deux têtes ne sont que 11 %. L'extrême rareté de ce phénomène induit que les scientifiques n'ont pas la possibilité de l'étudier correctement. Ainsi, on n'en connaît pas la cause exacte. La théorie la plus plébiscitée stipule que cela viendrait d'un échec de la séparation des embryons

Les enfants siamois représentent une naissance sur 50.000 à 100.000. © Cater News

Plus que de l’ADN en commun...

Chez les humains, il existe trois types de jumeaux : dizygotes, monozygotes, sesquizygotes. Les dizygotes sont issus d'une double ovulation, qui conduit à une double fécondation, et à des « faux jumeaux ». Les monozygotes proviennent d'une seule ovulation avec une seule fécondation, mais la cellule œuf se sépare en deux, formant par la suite deux individus parfaitement identiques. Tandis que les sesquizygotes, encore plus rares, ont le même ADN maternel mais un ADN paternel distinct car un seul ovule a été fécondé par deux spermatozoïdes.

Dans le cas des jumeaux conjoints, on assisterait donc à des jumeaux monozygotes. Et pour une raison que l'on ignore, la cellule œuf ne se séparerait que partiellement, aboutissant à deux individus qui partagent une partie de leur corps. Selon l'endroit où les corps sont fusionnés, ainsi qu'en fonction des organes et membres partagés, une opération chirurgicale peut permettre de séparer les deux bébés. Malheureusement, pour les jeunes Indiens, cela sera impossible. En effet, ils ont plusieurs organes vitaux en commun, en particulier le cœur... Ce qui n'est pas bon signe pour leur espérance de vie. Ils sont actuellement sous observation 24 h/24 à l'hôpital Vidisha Sadar.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi