Un facteur génétique peut avoir des effets négatifs et positifs. © sasun Bughdaryan, Adobe Stock
Santé

Les gènes de Néandertal protègeraient contre le VIH

ActualitéClassé sous :Covid-19 , VIH , génétique

Un locus génétique hérité de l'Homme de Néandertal a été identifié comme un facteur de risque de Covid-19 sévère en 2020. Selon un scientifique de l'Institut Max Planck, la même région génétique pourrait avoir un effet protecteur contre le VIH. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Barbara McClintock, pionnière de la génétique  Pionnière de la génétique, l'Américaine Barbara McClintock a multiplié les découvertes entre la fin des années 1920 et les années 1950 : le rôle des chromosomes dans l’hérédité, le « crossing-over », les gènes sauteurs, la régulation des gènes, l'épigénétique... En avance sur leur temps, ses travaux ont été rejetés… puis tous confirmés. Récompensée in extremis par un Nobel en 1983, elle fut de son vivant pleinement reconnue comme une des plus grandes biologistes. Mais si tardivement... 

Notre patrimoine génétique est parfois déterminant dans l'évolution des maladies. Le facteur de risque le plus important identifié par les scientifiques pour la Covid-19 nous vient de l'Homme de Néandertal. Un scientifique de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste, qui a participé à la découverte de ce facteur de risque génétique, pense qu'il aurait des effets bénéfiques sur une autre infection : le VIH.

Le VIH-1 au microscope électronique à transmission. © CDC/Dr. Edwin P.Ewing, Jr., Wikimedia Commons, domaine public

Des gènes mauvais pour la Covid-19 mais bénéfiques contre le VIH ?

« Ce facteur de risque génétique majeur pour la Covid-19 est si courant que j'ai commencé à me demander s'il pouvait réellement être bon pour quelque chose, comme fournir une protection contre une autre maladie infectieuse », explique Hugo Zeberg, qui est le seul auteur de la nouvelle étude parue dans PNAS. La région génétique concernée est située sur le chromosome 3, entourée d'autres gènes qui codent pour des récepteurs importants pour le système immunitaire. 

L'un de ces récepteurs est CCR5, un corécepteur très important pour les virus VIH à tropisme R5 qui l'utilisent pour infecter les lymphocytes. Hugo Zeberg pense que les individus porteurs de cette variante génétique possèdent moins de récepteurs CCR5 et donc un risque moindre d'être infecté par le VIH. En analysant les données de trois serveurs de données biologiques importants, il a calculé que les gènes hérités de Néandertal diminuent de 27 % le risque d'infection par le VIH. Une hypothèse qui reste à confirmer par le reste de la communauté scientifique et par d'autres travaux plus poussés.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !