Aujourd'hui dans la rubrique Patient bizarre, le cas d'une femme qui a des dents qui poussent… sur les ovaires ! Comment est-ce possible ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le bisphénol A a une dent contre nos dents D’après une étude scientifique dirigée par Sylvie Babajko, le bisphénol A altérerait l’expression de deux gènes impliqués dans la formation de l’émail des dents chez le rat. L’extrapolation à l’Homme semble tout à fait plausible.

Une femme de 38 ans se présente à l'hôpital de Goettingen, en Allemagne. Depuis longtemps, elle souffre d'une douleurdouleur sourde au niveau de la hanche gauche. Des radiologues de l'hôpital la prennent en charge pour effectuer une radioradio et une IRM de la hanche pour comprendre ce qui ne va pas. Les images prises par les radiologues dévoilent quelque chose d'inhabituel. Sur l'ovaire gauche, la patiente a une grosseur de 4,5 centimètres de laquelle sortent deux dents parfaitement formées. Comment est-ce possible ?

Le tératome (radio) de la patiente où les dents sont visibles. © Jan Menke, Alexander Schwarz, <em>BMJ Case Reports</em>
Le tératome (radio) de la patiente où les dents sont visibles. © Jan Menke, Alexander Schwarz, BMJ Case Reports
Photo d'illustration d'un tératome. © Richman Photo, Adobe Stock
Photo d'illustration d'un tératome. © Richman Photo, Adobe Stock

Voir aussi

Patient bizarre : sa jumelle grandissait dans son abdomen depuis 17 ans

Des dents sur l'ovaire, dans le cerveau…

Rapporté dans BMJ Case Reports, ce cas décrit la formation d'un tératometératome, un type de tumeur qui se forme à partir des cellules germinales pluripotentes qui peuvent se transformer en un ou plusieurs types de cellules appartenant aux trois feuillets primordiaux : l'ectodermeectoderme, le mésodermemésoderme et l'endoderme. Concrètement, le tératome peut produire des cellules de peau, des os, des poils, des tissus gras ou conjonctifs, des nerfsnerfs et des dents comme ici.

Les tératomes sont classés en trois groupes : les immatures, les matures et les monodermiques. Notre patiente a développé un tératome mature qui n'est pas cancéreux, comme l'est le tératome immature. Ces derniers ne représentent que 1 à 2 % des tératomes. Les origines précises des tératomes ne sont pas connues, rendant leur préventionprévention difficile. La plupart des cas de tératomes sont découverts si les patients se plaignent de douleurs inhabituelles ou à l'occasion d'un autre examen médical.

Pour enlever le tératome, la chirurgiechirurgie est obligatoire pour retirer la massemasse et éviter qu'elle ne devienne cancéreuse. Dans notre cas, la patiente a dû se faire retirer l'ovaire gauche par cœlioscopiecœlioscopie pour retirer l'intégralité du tératome qui n'a pas laissé de traces de cellules malignes derrière lui.

Les tératomes peuvent se former ailleurs que sur les ovairesovaires, au niveau d'un testicule par exemple ou dans le cerveaucerveau, comme le rapportent des médecins irlandais qui ont soigné une jeune fille de 16 ans avec un tératome mature intracranial ayant aussi développé deux dents. Bien qu'ils soient impressionnants, les tératomes sont le plus souvent bénins. Les cas décrits dans la littérature concernent en majorité des patients âgés de 30 à 50 ans, sans distinction de sexe. Mais des bébés peuvent naître avec des tératomes, parfois d'une taille considérable. Là aussi, la seule solution est la chirurgie.