Aujourd'hui dans Patient bizarre, un homme arrive aux urgences dans un hôpital aux États-Unis avec un scrotum chantant. Un cas unique dans la littérature médicale !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 4/5 : quelles perspectives pour la nanomédecine ? La nanomédecine est l’application des nanotechnologies au monde médical. Elle comprend des domaines comme l’administration de médicaments sous la forme de nanoparticules ainsi que l’utilisation de nanorobots. Dominique Vinck, sociologue des sciences et de l’innovation, nous parle du futur de la nanomédecine.

Un homme de 72 ans pousse les portesportes des urgences d'un hôpital de Dayton, dans l'Ohio aux États-Unis, avec un soucisouci de santé plutôt atypique. Il raconte aux médecins qu'il n'arrive pas bien à respirer depuis quelque temps et que son scrotum émet un son sifflant à chacun de ses mouvementsmouvements. Ce « scrotum sifflant » ou pneumoscrotum dans le jargon médical est une condition clinique très rare, seule une cinquantaine de cas sont décrits dans la littérature médicale. Le cas de cet homme est encore plus mystérieux puisque les médecins n'ont pas réussi à identifier l'origine du flux d'airair qui faisait chanter le scrotum de leur patient.

Image au scanner du scrotum sifflant. © Brant Bickford et <em>al. American Journal of Case Reports</em>
Image au scanner du scrotum sifflant. © Brant Bickford et al. American Journal of Case Reports

De l'air qui s'échappe du scrotum

Un pneumoscrotum peut être spontané, c'est-à-dire que l'air s'accumule dans la peau qui entoure les testicules, sans raison apparente, ou induit par un traumatisme - un accident physiquephysique ou une blessure chirurgicale. Quand une blessure ou un traumatisme intervient dans les poumonspoumons ou dans le tractus gastro-intestinal, l'air peut fuir dans le corps. Il voyage alors et peut se diffuser dans le cou, l'abdomenabdomen et ici, le scrotum. Dans les cas décrits dans la littérature médicale, l'air présent dans le scrotum vient des poumons, abîmés par un pneumothorax. Au scanner, notre patient présente un pneumothorax mais aussi un pneumomédiastin - la présence d'air dans le médiastinmédiastin, une structure anatomique du thoraxthorax, un des emphysèmes sous-cutanéssous-cutanés (une bulle d'air sous la peau) dans la région entre l'anus et le scrotum et sur les cuisses.

Bien que les poumons du patient soient en mauvais état, les médecins ne sont pas sûrs que son pneumothorax soit bel et bien responsable du sifflement émis par son scrotum. « Le mécanisme restera probablement inconnu », écrivent-ils dans American Journal of Case Reports.

Cet homme est le seul connu avec un pneumoscrotum duquel l'air peut effectivement s'échapper et « siffler ». Le patient avait subi une opération cinq mois avant son arrivée aux urgences pour une infection chronique de l'épididyme. L'intervention lui a laissé une blessure qui n'a pas cicatrisé, laissant s'échapper l'air. Tout est bien qui finit bien pour le patient puisqu'il « a été traité avec succès avec plusieurs drainsdrains thoraciques, des drains sous-cutanés pour extraire l'air, et des soins généraux ».