Santé

En image : l’oeil comme vous ne l’avez jamais vu

ActualitéClassé sous :biologie , oeil , yeux

Les yeux sont loin d'être des globes lisses. Suren Manvelyan le prouve dans une collection de photos impressionnantes. Vu de si près, l'œil ressemble plus à un paysage de science-fiction qu'à un organe humain. Profitons-en pour nous pencher sur cet organe subtil.

L'iris de cet œil ressemble à un paysage volcanique. Les structures à l'apparence rocheuses sont les muscles qui permettent la contraction et la dilatation de la pupille. © Suren Manvelyan

Parmi les principaux symboles de beauté, les yeux fascinent les Hommes et les artistes du monde entier. Les images remarquables qui suivent ajoutent à leurs charmes. Ces portraits oculaires ont été réalisés par le talentueux photographe Suren Manvelyan.

Ces clichés ont de quoi surprendre : loin de ressembler à une bille bien lisse, l'œil présente à sa surface des structures complexes similaires à des paysages de films hollywoodiens. On pourrait se croire sur une autre planète.

La pupille (l'orifice central) se dilate plus ou moins en fonction de la lumière. Une vive émotion peut aussi provoquer sa dilatation. © Suren Manvelyan

Régler la lumière

Organe de la vision, l'œil transforme l'énergie lumineuse en énergie électrique utilisable par le cerveau. Il se compose de tuniques, d'un cristallin et de liquides qui fonctionnent de façon coordonnée et complexe pour nous permettre de voir notre environnement. Mais concentrons-nous sur la partie visible de l'iceberg : l'iris et la pupille.

L'iris correspond à la zone colorée de l'œil qui est percée en son centre par la pupille, dans laquelle la lumière pénètre. Ces deux éléments jouent un rôle primordial dans la vision. Si l'on compare les yeux à un appareil photo, la pupille et l'iris forment le diaphragme. Grâce à l'iris, la pupille peut grandir ou rétrécir en fonction de la luminosité ce qui permet de garder une vision nette à tout moment.

Les personnes aux yeux bleus possèdent peu de mélanine dans la partie antérieure de l'œil et sont plus sensibles au Soleil. © Suren Manvelyan

Le rôle de l'iris consiste à régler la dilatation de la pupille en fonction de l'ambiance lumineuse. Deux muscles antagonistes contrôlent la contraction et la dilatation de l'iris : le muscle sphincter pupillaire et le muscle dilatateur de la pupille. Lorsque le muscle sphincter se relâche et que le muscle dilatateur se contracte, la pupille se dilate ; c'est la mydriase. Dans le cas opposé, on aboutit à la contraction de la pupille, ou myosis. Ces mouvements musculaires constituent le réflexe pupillaire qui permet de régler l'intensité lumineuse entrant dans l’œil.

La nutrition de l'iris est assurée par la solution aqueuse dans laquelle il baigne, et par quelques petites artérioles. © Suren Manvelyan

Montre-moi ton œil, et je te dirai qui tu es

L'iris peut prendre un large éventail de couleurs différentes : vert, bleu, marron et même gris ou violet dans certains cas. Sa couleur est due à deux pigments : la mélanine et la lipofuscine (dans le cas de certains yeux verts). Les personnes aux yeux bleus ne possèdent pas ou peu de mélanine dans la partie antérieure de l'iris. La couleur de l'iris dépend de l'expression de nombreux gènes. Les nouveau-nés ne possèdent pas de mélanine dans la partie antérieure de l'iris, même s'ils sont porteurs du gène des yeux bruns. C'est pourquoi ils ont toujours les yeux bleus. Les deux yeux d'une même personne peuvent être de couleurs différentes. Cet état, appelé hétérochromie, aurait une origine génétique.

La biométrie permet l'identification d'une personne par le biais de sa morphologie (œil, empreinte digitale, voix, etc.). La biométrie oculaire est l'un des systèmes les plus fiables. L'iris est en effet unique pour toute personne et est même différent entre deux vrais jumeaux ! Néanmoins, de tels systèmes de reconnaissance sont très coûteux et peu utilisés pour le moment.

L'œil d'un chat siamois. Les chats ont une membrane réfléchissante très efficace permettant la vision de nuit. © Suren Manvelyan

Vision nocturne

L'acuité visuelle des animaux peut grandement différer. Les chats ont une vision nocturne : leur pupille peut beaucoup se dilater et ils possèdent une membrane réfléchissante qui leur permet de capter la moindre parcelle de lumière. Les animaux strictement nocturnes comme les chouettes peuvent également dilater très fortement leur pupille. En revanche, la vue de l'aigle est adaptée à la détection de proies lointaines de jour. Son globe oculaire est gros et comporte de nombreuses cellules sensibles à la lumière. Ainsi, ce rapace a une très bonne vision de jour qui baisse rapidement la nuit.

Ces clichés sont impressionnants et techniquement difficiles à réaliser. Le photographe a ses secrets... mais ne veut pas les révéler. On doit se contenter d'admirer ces images sur le site personnel de Suren Manvelyan.

Cela vous intéressera aussi