Santé

Une nouvelle couche découverte dans la cornée de l’oeil humain

ActualitéClassé sous :biologie , médecine , cornée

La cornée humaine ne serait pas composée de 5 couches superposées, mais de 6. Des chercheurs britanniques, dirigés par Harminder Dua, viennent d'identifier une nouvelle strate dans cette région de l'œil : la couche de Dua. Cette découverte pourrait déboucher sur de meilleures greffes de la cornée.

Une nouvelle couche composant la cornée humaine vient d'être découverte. Solide et résistante, elle pourrait avoir des applications intéressantes en médecine humaine. © Laurence Vagner, Flickr, cc by nc sa 2.0

Faut-il réécrire les manuels d'ophtalmologie ? Le spécialiste de la vision Harminder Dua pense que oui. Avec son équipe de chercheurs de l'université de Nottingham (Royaume-Uni), ils viennent de mettre en évidence une nouvelle région de l'anatomie humaine, une sixième strate de la cornée, cette structure de l'œil par laquelle entre la lumière qui est alors réfractée. 

Jusqu'alors, on comptabilisait 5 couches, avec de la plus externe à la plus interne l'épithélium, la membrane de Bowman, le stroma, la membrane de Descemet et enfin l'endothélium. Désormais, il faut intercaler entre le stroma et la membrane de Descemet la couche de Dua, ainsi nommée en hommage au chef d'équipe. Épaisse de seulement une dizaine de micromètres, elle serait pourtant très résistante et supporterait des pressions de 1, 5 à 2 bars.

La cornée est la région la plus externe de l'œil grâce à laquelle la lumière commence à être réfractée. Chaque année, 65.000 greffes de cornée sont réalisées dans le monde, avec parfois des complications. La nouvelle couche ainsi découverte pourrait les limiter. © Baristoprak, Wikipédia, DP

La découverte est fortuite, comme souvent en science. Les auteurs voulaient simuler des greffes de cornées humaines à partir d'échantillons récupérés depuis 31 personnes. À l'aide d'une technique chirurgicale classique, ils ont injecté de l'air entre la membrane de Descemet et le stroma. Sur trois des cornées testées, le profil visible était différent des observations habituelles, laissant augurer la présence d'une région jusqu'alors inconnue. Par microscopie électronique, cette intuition a pu être confirmée. Une couche acellulaire et composée majoritairement de fibres de collagène n'avait encore jamais été décrite. 

Une nouvelle couche de la cornée avec des applications éventuelles

Cette découverte, publiée dans Ophthalmology, pourrait selon eux déboucher sur des applications médicales. En effet, lors de certaines transplantations de la cornée, l'application de cette technique d'injection de l'air n'est pas totalement sûre : parfois, les bulles formées éclatent et endommagent l'organe. Harminder Dua pense qu'en les positionnant derrière cette nouvelle strate, résistante, on diminue les risques de complications.

Des ophtalmologistes tenteraient également d'établir un éventuel lien entre l'absence ou des lésions au niveau de cette couche et des pathologies cornéennes. Les auteurs pensent qu'elle pourrait aussi contribuer à la rétention de liquide dans la cornée, causant des œdèmes, bien que la mise en évidence soit encore trop récente pour aboutir à des conclusions complètement pertinentes.

Cette trouvaille inattendue nous rappelle nous avons encore beaucoup à découvrir sur notre propre corps, et pas seulement à l'échelle génétique ou moléculaire.

Cela vous intéressera aussi