Santé

Les premières cornées biosynthétiques sont un succès !

ActualitéClassé sous :médecine , greffe de cornée , cornée biosynthétique

Après les cornées artificielles, voilà les cornées biosynthétiques. Ces membranes de collagène synthétisées in vitro et greffées sur des patients permettent à une majorité d'entre eux de retrouver la vue.

L'opacité de la cornée est une des causes principales de cécité dans le monde. © Organisation mondiale de la santé

Transparente et légèrement saillante, la cornée constitue la couche la plus externe de l'œil. Son rôle est avant tout de permettre à la lumière de pénétrer dans le globe oculaire tout en effectuant une première convergence des rayons avant leur arrivée sur le cristallin. Celui-ci constitue une lentille plus puissante, dont la forme s'adapte pour réaliser la mise au point de l'image sur la rétine, qui transfère l'information au cerveau via le nerf optique. Ce système astucieux et efficace n'est cependant pas à l'abri de dysfonctionnements.

Un des éléments de l'œil, la cornée, pourtant protégée par la paupière, peut en effet subir des dommages plus ou moins graves. De multiples causes peuvent affecter cet organe : des facteurs externes (corps étranger, brûlures par les UV, lacération, infections) ou des facteurs génétiques dégénératifs. Quel que soit le traumatisme, la vision peut alors être fortement altérée, par déformation des images perçues ou par opacification de la membrane transparente, jusqu'à causer des cécités.

Pour pallier ces problèmes, la greffe de cornée a été développée depuis de nombreuses années (elle est d'ailleurs la première greffe de tissu jamais réalisée). Elle est effectuée dans le but de remplacer une cornée déficiente par une cornée saine prélevée sur un donneur décédé. D'après l'Organisation mondiale de la santé, environ 2 millions de personnes sont atteintes chaque année de cécité cornéenne mais les donneurs ne sont jamais assez nombreux pour satisfaire la demande. Si des cornées artificielles entièrement synthétiques ont été développées et sont utilisées depuis quelques années, les bénéfices en sont limités.

La cornée constitue une sorte de fenêtre par où la lumière s'engouffre. Elle passe ensuite au centre de l'iris et traverse le cristallin jusqu'à atteindre la rétine au fond de l'œil. Crédits DR

Régénération de la cornée et absence de rejet

Il y a dix ans, May Griffith et ses collègues de l'Ottawa Hospital Research Institute au Canada se sont lancés dans une belle aventure : la fabrication d'une cornée biosynthétique à partir de collagène recombinant. Ce principal composant du tissu conjonctif retrouvé dans les cornées naturelles a été modelé pour donner à la future cornée la forme arrondie de la membrane naturelle. La collaboration de ces chercheurs avec le chirurgien ophtalmologue suédois Per Fagerholm de l'université de Linköping a mené à la première tentative d'implantation de la cornée biosynthétique sur des patients, des travaux publiés dans le journal Science Translational Medicine.

Dix Suédois atteints de cécité due à un kératocône (déformation de la cornée en cône) avancé ou à des traumatismes externes, ont reçu le greffon biosynthétique sur un seul de leurs yeux. Au cours des deux ans de suivi médical, les scientifiques ont observé une bonne adaptation des patients à la greffe. Le collagène a été progressivement innervé et colonisé par des cellules du patient, jusqu'à régénérer une membrane ressemblant fortement à une cornée saine. Autre point important, aucun des patients n'a montré de signes de rejet ni même eu besoin de suivre un traitement immunosuppresseur dont les effets secondaires sont un lourd tribut à payer.

D'un point de vue fonctionnel, les résultats sont plus que satisfaisants. Pour six des dix patients, la vision s'est améliorée et le port de lentilles de contact adaptées leur confère même une vue comparable aux patients qui subissent une greffe de cornée traditionnelle. Les chercheurs ne souhaitent donc pas s'arrêter en si bon chemin. « Nous sommes très encouragés par ces résultats et par le grand potentiel des cornées biosynthétiques, indique Per Fagerholm. L'améliorations des biomatériaux et les modifications des techniques chirurgicales sont en cours et de nouvelles études vont étendre l'utilisation des cornées biosynthétiques à un spectre plus large de causes de cécité nécessitant des transplantations. »

Cela vous intéressera aussi