Planète

Le châtaignier millénaire du Finistère

Diaporama - 15 arbres remarquables à protéger
PhotoClassé sous :botanique , les plus vieux arbres , arbres remarquables
Le châtaignier millénaire du Finistère
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Le plus gros châtaignier de Bretagne (14 mètres de circonférence) se cache sur un terrain de camping, entre Combrit et Pont-Labbé. Il est indispensable de demander l’autorisation des propriétaires du Camping des Châtaigniers pour approcher le colosse. L’aspect déstructuré de ses tissus végétaux et ses dimensions exceptionnelles plaident pour un arbre millénaire. La surprise est de taille en découvrant les jeunes pousses toutes récentes qui s’échappent du tronc tourmenté. Du jeune sur du très vieux, le monde végétal est vraiment incroyable, d’autant plus que le vieux châtaignier continue à fleurir et à produire des châtaignes, après mille ans de bons et loyaux services. Les anciens propriétaires de cette ferme reconvertie racontaient que l’ancêtre avait brûlé à plusieurs reprises, survivant à chaque fois au désastre avec une incroyable capacité de résilience.

Et cela fait plus de 1.000 printemps que ce colosse végétal fleurit ! Estimation faite par dendrochronologie. En France, et probablement dans le monde, on ne connaît pas vraiment de concurrent à ce Castanea sativa, vivant approximativement depuis l’époque de l’empereur Charlemagne, vers l’an 800. Quelle santé ! Au plus fort de sa splendeur, la plus grosse branche mesurait 6 mètres de circonférence. Une petite baisse de régime cependant, avec un tour de taille de 14 mètres aujourd’hui, contre 21 en 1932. Il est difficile de se représenter l’ampleur de sa ramure couvrant une surface de 314 m2 et d’un diamètre d’environ 21 mètres. Son tronc est court, bosselé, craquelé, creusé, brûlé si profondément qu’il a fini par prendre un aspect minéral. Mesurant 16 mètres de haut, il est le dernier survivant de cette châtaigneraie bretonne maintenant disparue qui fut classée, en 1910, Monuments historiques naturels par le président Doumergue. Ses 23 autres congénères furent réduits à l’état de combustible et brûlés durant la seconde guerre mondiale.

© Georges Feterman, Futura