La tradition des ifsifs funéraires trouve, dans le département de la Manche, son plein épanouissement. Beaucoup de cimetières paroissiaux, tous situés près de l'église du village, possèdent un vieil if, parfois millénaire, témoin de rites ancestraux où l'arbrearbre était planté sur la tombe des notables, bien avant la christianisation de ces lieux  de culte.

On peut se faire une idée de l'âge de ces arbres vénérables en s'appuyant sur le fait que les ifs grossissent (mais ce n'est qu'une moyenne) d'environ 1 mètre par  siècle. Un if de 10 mètres de circonférence approche ainsi le millénaire ! Citons quelques vedettes, perdues entre pays de Vire et Cotentin. À Brix et Montgardon, les ancêtres ont beaucoup souffert, tandis qu'à La Lucerne-d'Outremer, Nicorps et Le Chefresne, ils se portent assez bien. Le plus vieil if du département est sans conteste celui de Saint-Ursin. Entièrement creux, son tronc de 9,3 mètres de circonférence protège les enfants contre les maladies !

Souvent considéré comme un résineux, l'if (Taxus baccata) fait partie de la famille des Taxacées. Il mesure entre 8 et 10 mètres, de croissance lente, mais certains sujets ont atteint des hauteurs d'environ 15 mètres et pour certains, l'âge vénérable de 2.000 ans. D'allure trapue et d'un port arrondi, son boisbois est souple, utilisé autrefois pour la fabrication des arcs. Mais ce que l'on aime plus chez cet arbre, ce sont les réalisations, comme avec le buisbuis, de topiaires qui donnent du rythme et de la vie aux jardins à la française.

© Georges Feterma, Futura