Santé

Buis

DéfinitionClassé sous :médecine , botanique , fièvre
Le buis permettrait de lutter contre la chute des cheveux. © Franck Le Driant / FloreAlpes.com

Le buis est un arbre ou un arbuste aux feuilles persistantes. Souvent planté à l'intérieur des jardins ou des parcs, il est apprécié pour ses qualités ornementales. Ses rameaux vert foncé portent des feuilles opposées ovales. Ses fleurs d'un jaune verdâtre apparaissent vers le mois de mars. Originaire d'Europe méridionale, son bois est compact et très dur. À tel point qu'il est souvent utilisé en gravure, ou pour la fabrication d'instruments de musique.

Le buis contient surtout des alcaloïdes, des huiles essentielles et des tanins. Les parties utilisées en phytothérapie sont les feuilles, dont le goût est amer. Séchées, elles sont ensuite préparées en infusions 

Le buis, pour lutter contre la fièvre… et la chute des cheveux

Jadis, le buis était utilisé pour remplacer la quinine en cas de paludisme. Ses feuilles ont en effet une action fébrifuge - elles font chuter la fièvre - en cas d'hyperthermie ou d'inflammation des voies biliaires et urinaires. Administrée par voie interne, cette plante serait un puissant cholagogue. C'est-à-dire qu'elle facilite l'évacuation de la bile vers l'intestin. Sans doute à ce titre, elle s'avérerait également efficace contre certaines affections hépatiques. En application externe, les feuilles sont utilisées pour préparer des compresses contre les douleurs rhumatismales, la goutte et les éruptions cutanées. Enfin le buis exercerait également des effets bénéfiques sur le cuir chevelu. Se frictionner le crâne avec une lotion à base de buis paraît-il, permettrait de prévenir la chute des cheveux et de lutter contre les pellicules.

Source : Plantes médicinales, Gründ

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourrez régulièrement à la phytothérapie.