Planète

Les récifs coralliens, une barrière naturelle

Dossier - Les coraux face au réchauffement climatique
DossierClassé sous :Environnement , Nature , Réchauffement

Les coraux sont fascinants. Ces animaux extrêmement anciens sont devenus peu à peu des constructeurs de récifs. Mais aujourd'hui, ils sont en danger. Blanchissement, perte de biodiversité, maladies : le réchauffement climatique est lourd de conséquences pour les barrières de corail.

  
DossiersLes coraux face au réchauffement climatique
 

Les récifs coralliens n'occupent qu'une infime partie des fonds marins : moins de 0,2 %. Pourtant, ils longent plus de 150.000 kilomètres de côtes dans plus de 100 pays et territoires, où ils forment une barrière naturelle.  

Par leur formation massive comprise entre la surface et les quelques premières dizaines de mètres de profondeur, les récifs coralliens forment une barrière absorbant de manière très efficace les éléments venant du large. 

Les récifs coralliens sont une barrière naturelle. Ici, un récif naturel en très bonne santé où les espèces rivalisent même pour obtenir plus d'espace. © Guillaume Holzer, Coral Guardian, tous droits réservés

Ils absorbent l'énergie des vagues et concourent à la réduction de l'érosion des côtes. Ils réduisent les dommages en cas de tempêtes, ouragans et autres cyclones, ainsi que, d'une certaine manière, l'énergie des tsunamis.

Les récifs coralliens, une protection pour les atolls

Ce faisant, ils protègent à la fois les écosystèmes se trouvant entre les récifs et les côtes, comme les lagons abritant des herbiers par exemple, et les installations humaines implantées en bord de mer. 

Leur action est tellement efficace que l'Homme les imite en immergeant des structures en béton le long de certaines de nos côtes fragilisées. Sans ce rôle protecteur, certains pays constitués d'atolls, comme les Maldives, les Kiribati, les Tuvalu et les Iles Marshall, qui sont littéralement bâtis sur les récifs coralliens, n'existeraient plus sans cette frange protectrice.