Planète

Animaux du sol : les facteurs contrôlant la biodiversité

Dossier - Le sol une biodiversité étonnante
DossierClassé sous :développement durable , biodiversité , forêt

-

La faune du sol paraît banale, Et pourtant… Le sol (l'humus particulièrement) renferme une biodiversité essentielle au bon fonctionnement de la nature.

  
DossiersLe sol une biodiversité étonnante
 

Comment cohabitent les animaux du sol ? Quels sont les facteurs qui contrôlent la diversité zoologique du sol, c'est-à-dire le nombre de groupes animaux qui cohabitent dans un volume donné de sol ?

La diversité des arbres est l'un des facteurs de contrôle des différents animaux du sol. Sur cette photo, gros bois et bois-mort de diamètres exceptionnels dans la hêtraie (forêt ancienne) de Reinhardswald (Allemagne). © Lebrac - Licence de documentation libre GNU, version 1.2

En premier lieu, le contrôle des animaux du sol se fait par la qualité de leur nourriture, c'est-à-dire en milieu forestier la qualité nutritionnelle de la litière, sa richesse en acides aminés et calcium notamment.

Diversité des arbres

Cette qualité nutritionnelle va dépendre de la diversité des arbres, arbustes et herbes présents, la variété du régime alimentaire étant également un gage de qualité pour la nourriture de nos petites bêtes. Nous avons vu que cette diversité était elle-même conditionnée par la complexité des réseaux trophiques du sol, et ainsi de suite, mais qu'est-ce qui contrôle le tout ?

Géologie et climat : le contrôle des animaux du sol 

Géologie et climat sont en fait les facteurs distaux, c'est-à-dire ceux vis-à-vis desquels la biologie n'a pas son mot à dire, en tout cas pas à la même échelle de temps ni d'espace.

Ces deux facteurs agissent à la fois sur la végétation et sur les organismes du sol, en accélérant (chaleur) ou au contraire en ralentissant (froid) les fonctions biologiques (essentiellement les réactions enzymatiques) au sein de l'écosystème, et en agissant sur la disponibilité en nutrimentsEn milieu de montagne, l'altitude combine souvent ces deux aspects, les bas de pente s'enrichissant en nutriments au détriment des hauts de pente (sous l'action de la gravité), et bien entendu la température diminuant avec l'altitude.

Relation observée entre le nombre de groupes animaux et l’altitude, dans les forêts de hêtre de l’Ardenne belge. Les ronds blancs correspondent au mull, les ronds noirs au moder. © DR

Ce graphisme nous montre l'effet dépressif de l'altitude sur la richesse zoologique du sol (nombre de groupes zoologiques présents sur un décimètre carré) dans 13 hêtraies de l'Ardenne belge.