Planète

Gayal

DéfinitionClassé sous :zoologie , ruminant , herbivore
Photo d'un gayal. © Cymothoa exigua, Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported

Gayal (Lambert 1804) - Bos frontalis

  • OrdreCetartiodactyla
  • Sous-ordre Ruminantia
  • FamilleBovidae
  • Sous-famille Bovinae
  • TribuBovini
  • GenreBos
  • Taille : 2,50 à 3,30 m (hauteur au garrot 1,60 à 2,00 m - envergure des cornes 1,00 m)
  • Poids : 450 à 1.000 kg
  • Longévité : 15 à 18 ans 

Statut de conservation UICN : VU vulnérable 

Description du gayal

Bien que leur morphologie diffère légèrement, le gayal (qui est une forme domestiquée du gaur dont certains spécimens sont retournés à l'état sauvage), le séladang et le gaur sont actuellement considérés comme une seule et même espèce et sont subdivisés en trois sous-espècesBos frontalis gaurusBos frontalis frontalis, et Bos frontalis laosiensis. Les Bovidés possèdent une robe sombre qui peut aller du rouge brique foncé au noir. Leurs pattes présentent une coloration blanchâtre depuis les sabots jusqu'au-dessus de l'articulation du genou. Les gayals arborent une crête musculaire prononcée entre les épaules que ne possèdent pas les gaurs, et un fanon sous la gorge. Les pattes des gaurs sont légèrement plus courtes. Les cornes des gayals poussent vers le haut tandis que celles des gaurs s'incurvent avec des pointes qui se font face. Elles sont implantées sur une bosse frontale volumineuse. Le gaur est considéré comme l'un des plus grands animaux terrestres.

Gaur. © Colint, Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic

Habitat du gayal

Les sous-espèces se répartissent de la façon suivante : le gaur se trouve principalement au Bengladesh, Bhoutan et en Assam, le gayal en Inde et au Népal, tandis que la Thaïlande, la Malaise et le Myanmar abritent le séladang. Les animaux vivent principalement sous le couvert de la végétation. On les voit rarement dans les espaces découverts. 

Comportement du gayal 

Les gaurs et les gayals vivent en petites hardes composées d'une trentaine ou d'une quarantaine d'individus. Ils sont en principe diurnes, mais s'activent surtout tôt le matin ou en fin de journée, aux heures les moins chaudes. Dans les zones où ils sont perturbés par les activités humaines, ils sont devenus nocturnes. Les troupeaux se rassemblent à la saison sèche et vivent sur un territoire relativement restreint. Ils se dispersent à nouveau à l'arrivée de la mousson. Hormis l'Homme qui les chasse, le gaur, le gayal et le séladang sont victimes des léopards et des tigres.

Gaur sauvage. © Yathin SK, Creative Commons Attribution 2.5 Generic

Reproduction du gayal

Les reproductions ont lieu toute l'année avec un pic en décembre et juin de l'année suivante. La femelle met bas un veau au terme d'une gestation d'un peu moins de neuf mois. Le sevrage intervient entre 7 mois et 1 an. 

Régime alimentaire du gayal

Le bovidé mange principalement de l'herbe mais en cas de disette peut se rabattre sur les feuillages tendres des arbres, sur les tubercules et les racines.

Menaces sur le gayal

Quatre-vingt dix pourcent des gaurs sauvages composés d'environ 20.000 individus, survivent dans les réserves indiennes créées depuis les années 1990. Dans tous les autres pays, la situation des gayals sauvages et des séladangs est dramatique. Toutes les populations sont menacées de disparition à cause de la chasse, de la disparition de leurs habitats et des épidémies qui frappent les bovins domestiques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi