Une vue de la caldera de Santorin, en mer Égée. Elle provient d'une éruption de type plinien datant du IIe millénaire avant J.-C. qui projeta des pierres ponces et des cendres sur environ 60 m d'épaisseur autour du volcan, et jusqu'à 900 km au sud. Le volume de ponces éjecté lors de cette explosion est estimé à 30 km3. © Fotolia santosha57

Planète

Éruption de Santorin et Atlantide : nouveau rebondissement dans la datation

ActualitéClassé sous :Volcan , civilisation Minoenne , Santorin

Longue saga, la datation de l'éruption de Santorin, il y a environ 3.500 ans, vient de connaître un nouvel épisode. En s'aidant de l'étude des cernes des arbres jusqu'en Californie, des chercheurs ont affiné les conclusions de la méthode au carbone 14. Leur estimation colle mieux avec les données archéologiques suggérant un lien avec le début de la chute de la civilisation minoenne.

Depuis des décennies, le mythique monde de l'Atlantide, dont parle le philosophe grec Platon dans deux de ses ouvrages, est considéré comme étant en fait la brillante civilisation minoenne, présente sur les îles de Crète et de Santorin, au sud de la Grèce, de 2700 à 1200 av. J.-C. environ. Elle a décliné vers 1500 av. J.-C. et il est tentant d'attribuer l'amorce de ce déclin à une éruption volcanique colossale effectivement survenue vers cette époque, qui nous a laissé l'archipel de Santorin et sa caldera, paradis des touristes en mer Égée, dans les Cyclades, à 186 kilomètres au sud-est de la Grèce continentale.

Cette éruption, presque de la classe de celle d'un supervolcan, a causé un énorme raz-de-marée dont les traces sont retrouvées en Crète et dans les îles environnantes, comme l'avait montré une des expéditions du commandant Cousteau, et bien plus loin encore. Mais il reste une grande imprécision sur la datation de cet évènement qui a certainement bouleversé l'histoire des peuples de la partie est des rivages de cette région, comme Futura l'expliquait dans le précédent article ci-dessous. Pire, jusqu'à présent, les dates estimées avec la méthode du carbone 14 combinée à la dendrochronologie n'étaient pas très compatibles avec les dates estimées par les archéologues. Ce hiatus remettait même en question le lien de causalité entre l'éruption de Santorin et le début de la chute de la civilisation minoenne.

Un survol de la caldera de Santorin. Le début de la séquence montre Nea Kameni, un nouveau volcan émergé au centre. © kapil dubey

L'éruption de Santorin aurait affecté le climat jusqu'en Californie

La situation vient peut-être de changer après la parution d'un article dans Science Advances par une équipe internationale de chercheurs menée par Charlotte Pearson, une dendrochronologiste de l'université d'Arizona. La méthode de datation au radiocarbone a des limites, notamment parce que la concentration de l'isotope 14 du carbone dans l'atmosphère varie légèrement selon l'activité du Soleil. Ses noyaux, en effet, sont produits par le flux de protons solaires frappant la haute atmosphère. La quantité initiale de carbone 14, brutalement fixée à la mort d'un organisme vivant, n'est donc pas toujours identique. En quelque sorte, nous avons des sabliers dont la quantité de sable du compartiment supérieur varie un peu de l'un à l'autre.

Pour rendre plus fiables ces horloges au carbone 14, les chercheurs mesurent aussi les quantités de radiocarbone dans les cernes des arbres, qui témoignent de leur croissance à un rythme annuel. Là aussi, des limites ont été trouvées, rendant imprécises les estimations de la datation de l'éruption de Santorin à partir des fragments de troncs d'arbres retrouvés dans les cendres du volcan.

Charlotte Pearson nous parle de la dendrochronologie. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © The University of Arizona

Charlotte Pearson et ses collègues pensent avoir trouvé une nouvelle méthode pour réduire les imprécisions. Ils ont étudié les cernes de croissance des pins de Bristlecone (Pinus longaeva), des arbres d'Amérique du Nord et dont la longévité est de l'ordre de 5.000 ans, ainsi que des cernes de vieux chênes irlandais, donc à des milliers de kilomètres de Santorin. Deux cents échantillons de pins de Bristlecone trouvés en Californie et 85 échantillons de chênes au Nevada ont servi à l'étude. L'idée était de mettre en évidence un refroidissement important et transitoire du climat planétaire, qui a dû se produire puisque cette éruption fut dix fois plus puissante que celle du Pinatubo en 1991, laquelle avait sensiblement abaissé les températures à l'échelle du Globe.

Les pins et les chênes étudiés montrent effectivement les signes d'un tel refroidissement, sous la forme de cernes plus étroits. L'observation conduit une nouvelle estimation de la date de l'éruption de Santorin. Elle se serait produite entre 1600 et 1525 av. J.-C, une période qui chevauche celle de 1570-1500 av. J.-C estimée à partir des preuves archéologiques.

  • Le mythe de l'Atlantide est classiquement associé à l'éruption de Santorin il y a environ 3.500 ans, très violente et qui pourrait avoir entraîné le déclin de la civilisation minoenne, identifiée à celle des légendaires Atlantes.
  • Cependant, les datations basées sur le radiocarbone 14 ne coïncidaient pas avec les estimations des archéologues.
  • Une nouvelle approche, exploitant la dendochronologie, fait mieux correspondre les dates : entre 1600 et 1525 av. J.-C. pour l'éruption, et 1570-1500 av. J.-C. pour les archéologues.
Pour en savoir plus

L'éruption de Santorin et la date de la destruction de l'Atlantide

Article de Laurent Sacco publié le 30/03/2014

L'éruption minoenne qui a donné lieu à la formation de la caldera de Santorin a peut-être été à l'origine du mythe de l'Atlantide. Il y a quelques années, des datations au carbone 14 et l'étude des cernes de croissances des oliviers avaient situé l'événement au XVIIe avant J.-C. Mais une équipe de chercheurs met en doute la solidité de ces estimations, revenant aux âges avancés auparavant par les archéologues.

Depuis des décennies, on spécule sur l'importance de la fameuse éruption minoenne, celle associée à la formation de la caldera de Santorin, dans l'élaboration du mythe de l'Atlantide de Platon. On peut trouver des points communs entre la civilisation qui s'est développée en Crète et sur l'île de Santorin, dans le sud de la Grèce, de 2700 à 1200 avant J.-C. et celle que décrit le philosophe athénien dans le Timée et le Critias. De plus, le gigantesque tsunami qui a forcément accompagné l'éruption minoenne cadre bien avec la catastrophe décrite par Platon, l'engloutissement de l'Atlantide. Toutefois, il semble difficile d'établir une corrélation avec l'effondrement de la civilisation minoenne vers 1450 avant J.-C., en partie parce que les dates de deux événements ne semblent pas concorder.

On a beaucoup de mal à dater avec précision l'éruption minoenne, et les arguments et les rebondissements se succèdent d'année en année. Pour les archéologues, en se basant sur l'étude des poteries, l'éruption de Santorin se serait produite vers le milieu du XVIe siècle avant J.-C. Mais il y a quelques années, des études basées sur des datations au carbone 14 et la dendrochronologie avaient conduit à penser que l'événement daterait plutôt du milieu du XVIIe siècle avant J.-C. Des cendres retrouvées dans des carottes glaciaires au Groenland semblaient également aller dans ce sens. Une éruption volcanique majeure se serait donc produite en 1642 avant J.-C. Cependant, des études ultérieures ont conduit à penser que les cendres retrouvées provenaient d'une autre éruption, celle du mont Aniakchak, en Alaska.

Vue aérienne de la falaise intérieure de la caldera de Santorin, avec ses couches de téphras caractéristiques et bien visibles. Une branche d’olivier trouvée sur cette falaise a été utilisée pour dater l’éruption minoenne. © Turi Humbel, WSL, université de Zurich

Une éruption minoenne dont la date est difficile à cerner

Le débat dure toujours et des publications récentes d'une équipe internationale de chercheurs sous la direction de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) viennent de jeter un nouveau pavé dans la mare.

Des échantillons de bois d’olivier avaient été trouvés dans les cendres volcaniques de Santorin. Or, selon les chercheurs, les datations au carbone 14 de ces morceaux de bois sont problématique à plusieurs titres. Comme l'explique Paolo Cherubini, l'un des auteurs principaux des nouvelles études sur la datation de l'éruption minoenne, « examiner ce type de fragments de bois n'a de sens que si l'on peut prouver avec certitude que les arbres vivaient encore au moment de l'éruption. Or, dans le bassin méditerranéen, les vieux oliviers conservent souvent leurs branches mortes pendant plusieurs décennies ». De plus, les datations au carbone 14 pour les arbres s'appuient aussi sur des âges estimés à partir des cernes de croissance d'arbres vieux de plus de 4.000 ans.

Image et profil de densité du bois obtenus par imagerie neutronique. Sur cette section de branche d’un olivier qui pousse actuellement à Santorin, plusieurs fluctuations intra-annuelles de densité empêchent de distinguer clairement les cernes. © Cherubini et al., Plos One, 2013 ; photo : David Mannes, institut Paul Scherrer

Dendrochronologie incertaine

Malheureusement, comme le précise le chercheur, « dans les régions chaudes comme à Santorin, où les sécheresses estivales sont fréquentes et les hivers plutôt doux, les oliviers forment souvent des cernes très difficiles à distinguer. Ils présentent des fluctuations de la densité du bois à l'intérieur de certains cernes, et qui se forment surtout pendant les périodes de sécheresse ». Il en résulte que même des spécialistes peuvent se tromper pour attribuer une date à des fragments d'olivier.

Cette section de la branche d’un olivier qui pousse actuellement à Santorin comporte des cernes très difficiles à distinguer et à dater. © Turi Humbel, WSL, université de Zurich

Pour le prouver, Cherubini a fourni des morceaux de bois d'olivier poussant actuellement à Santorin à dix experts membres de cinq laboratoires dans le monde. Les résultats ont été spectaculaires. Le nombre de cernes évalués pouvait varier de plus de 44 % selon les estimations. Ainsi, un fragment d'olivier pouvait avoir un âge estimé à 72 ans par un groupe d'experts, alors que son âge réel était de 30 ans. Les repères chronologiques construits à partir des datations au carbone 14 combinés à la dendrochronologie étaient donc beaucoup trop imprécis pour pouvoir affirmer que l'éruption minoenne datait en réalité du XVIIe siècle avant notre ère, et pas du XVIe siècle comme l'indiquait l'étude des céramiques.

Ce travail va certainement réjouir plus d'un archéologue, car l'éruption minoenne est un marqueur clé de l'archéologie de l'âge du bronze de la Méditerranée orientale. Elle fournit un point fixe pour aligner l'ensemble de la chronologie du deuxième millénaire avant notre ère dans la mer Égée. Les datations au carbone 14 étant en désaccord avec les dates archéologiques, elles avaient donc des implications importantes pour la chronologie acceptée des cultures de la Méditerranée orientale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Haroun Tazieff, le volcanologue de toute une génération  Découvrez l'étonnant parcours d'Haroun Tazieff, pionnier de la volcanologie et de la tectonique des plaques, et immense vulgarisateur. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, ce scientifique populaire aura réussi à communiquer sa passion des volcans avec le grand public, suscitant bien des vocations de volcanologues...