Planète

Déploiement de stations sismiques sous-marines dans les eaux franco-polynésiennes

ActualitéClassé sous :Terre

-

L'IFREE (Institute for Frontier Research on Earth Evolution) du JAMSTEC a commencé, en collaboration avec l'Océan Hemisphere Research Center de l'Earthquake Research Institute (ERI) de Université de Tokyo, et 5 organismes français (voir note), l'observation de la montée du panache mantellique le plus grand du monde situe dans les eaux de la Polynésie française.

A l'intérieur de la Terre, au-dessous de la croûte terrestre il y a le manteau constitué de roches solides ayant un comportement fluide. Avec la modélisation tomographique d'ondes sismiques captées par les réseaux de sismographes, on avait trouvé qu'à intérieur du manteau, il existait des courants chauds verticaux ascendants (panache chaud) et ceux froids verticaux descendants. Ces mouvements sont considérés comme des causes de la tectonique des plaques et des activités volcaniques. On avait constaté également la présence du plus grand panache du monde dans l'océan pacifique du Sud, dans les eaux de la Polynésie française.

Actuellement 5 organismes de recherche français y poursuivent conjointement l'observation géophysique avec 10 sismographes de précision installées dans les îles polynésiennes (projet PLUME). Tout de même, à cause de la dispersion des îles, l'augmentation de la résolution des modèles tomographiques faits selon les données obtenues par ce réseau de sismographes n'était plus possible, ce qui empêche la localisation de ce panache, l'obtention de la distribution thermique des courants montants mantelliques et l'identification du parcours de ce panache jusqu'aux îles volcaniques polynésiennes comme Tahiti.

Le JAMSTEC a donc effectué une campagne océanographique sur cette zone du 10 au 27 janvier 2003 avec le "Yokosuka" pour installer 8 sismographes sous-marins d'observation à long terme, mis au point en association avec l'ERI, sur le fond de la mer en complément des 10 instruments français. Cela élèvera la résolution des modèles tomographiques à 500 kilomètres, ce qui est 4 fois plus important que celle actuelle.

Ces sismographes sous-marins seront récupérés dans un an pour collecter leurs données, et ensuite s'effectuera leur analyse qui demandera encore un à deux ans. Le JAMSTEC prévoie qu'il pourra estimer, avec les résultats de l'analyse, la température et le parcours du panache, mettre en évidence les causes de ce phénomène mantellique et ses impacts sur l'environnement terrestre.

L'on estime qu'à l'age de Craie, il y a environ 100 millions d'années, ce panache était devenu très vivant, ce qui avait engendré un environnement sans calotte glaciaire sur les deux pôles. Les résultats de cette observation contribueront également, pense le JAMSTEC, à l'élucidation de ce phénomène antique.

Note :

5 organismes français sont comme suit :
- Université de la Polynésie française, Jeune Equipe Terre-Ocean
- Université Montpellier II, Laboratoire de Tectonophysique
- Institut de Physique du Globe de Strasbourg
- Laboratoire de Géophysique de France
- Laboratoire Géosciences Marines de l'Institut de Physique du Globe de Paris

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi