Selon des chercheurs de l’université de Washington (États-Unis), des mammifères très diversifiés partageaient déjà la Terre avec les dinosaures. © Sasa Kadrijevic, Fotolia

Planète

L’ère des dinosaures était aussi celle des mammifères

ActualitéClassé sous :paléontologie , dinosaure , mammifère

Vous avez peut-être appris à l'école que sur la Terre des dinosaures, les mammifères n'avaient pas pu trouver leur place. Qu'ils avaient patienté jusqu'après la grande extinction pour prospérer. Des chercheurs affirment aujourd'hui que ce n'est pas tout à fait exact.

L'histoire raconte que dans un monde peuplé de dinosaures, les mammifères -- ou leurs ancêtres, les mammaliformes, plus exactement --, avaient bien de la peine à se faire une place. Minuscules et primitifs, ceux-ci auraient attendu l'extinction des dinosaures pour enfin évoluer vers les animaux que nous connaissons aujourd'hui.

« Cette histoire ne résiste pas aux fossiles de mammifères découverts en Chine et à Madagascar notamment et que nous avons récemment étudiés », raconte David Grossnickle, chercheur à l'université de Washington (États-Unis). Selon les travaux menés par son équipe, les mammifères auraient ainsi subi trois radiations évolutives importantes au fil de leur histoire. Des épisodes au cours desquels certains mammaliformes ont prospéré et, pour s'adapter à de nouvelles niches écologiques, se sont diversifiés.

Les nouvelles espèces qui sont alors apparues pouvaient grimper, glisser ou creuser des terriers. Leur régime alimentaire s'est orienté vers la viande, les feuilles ou les crustacés. Et au moins deux de ces radiations évolutives se seraient produites, l'une au début du Jurassique -- il y a entre 190 et 163 millions d'années -- et l'autre durant le Crétacé supérieur -- il y a environ 90 millions d'années. Alors même que les dinosaures prospéraient encore sur Terre.

Ici, une représentation du Didelphodon, un marsupial de la taille d’un blaireau et qui vivait au Crétacé supérieur. Il est réputé avoir eu la mâchoire la plus puissante de tous les mammifères connus. © Misaki Ouchida, Université de Washington

Nos ancêtres sont apparus après les dinosaures

Plusieurs espèces de mammaliformes de l'époque des dinosaures ressemblent à des espèces que nous connaissons aujourd'hui comme le blaireau, l'écureuil volant ou le fourmilier. Mais elles ne sont pas les ancêtres directs de leurs homologues modernes. Ainsi le Castorocauda, un mammifère ressemblant au castor et qui vivait au Jurassique a disparu à la fin du Crétacé moyen. Probablement en raison d'un changement climatique.

Le Vintana, un herbivore faisant penser au paresseux et issu de la radiation évolutive du Crétacé supérieur a lui aussi péri. Aux côtés des dinosaures lors de l'extinction Crétacé-Tertiaire qui, il y a 66 millions d'années, a exterminé 50 % des espèces vivant sur notre planète.

Il ne faut pas se focaliser sur la dernière radiation évolutive.

C'est donc bien la radiation du Paléocène-Eocène -- qui a débuté juste après -- qui a donné naissance aux ancêtres des mammifères marsupiaux et placentaires d'aujourd'hui. Les kangourous, les zèbres et même les humains. « Mais se focaliser sur cette dernière radiation mène à une vision déformée de l'histoire des mammifères », conclut David Grossnickle.

  • Contrairement à ce qui a longtemps été supposé, des mammifères diversifiés cohabitaient avec les dinosaures.
  • Les mammifères auraient en réalité connu trois grandes périodes de diversification, trois grandes évolutions radiatives.
  • Dont deux datées d’avant la disparition des dinosaures.
  • Toutefois la dernière, intervenue juste après la disparition des dinosaures, serait bien à l’origine des mammifères que nous connaissons aujourd’hui.
Pour en savoir plus

L'émergence des mammifères n'était pas soumise à l'extinction des dinosaures

L'hypothèse d'un gigantesque cataclysme provoquant la disparition totale des dinosaures il y a 65 millions d'années, permettant ainsi l'émergence des mammifères restés jusque-là sous la forme de minuscules et discrets animaux, est à revoir. C'est ce que laisse entrevoir une étude à paraître dans la revue Nature.

Article de Jean Etienne paru le 29/03/2007

Le Tarbosaurus, de la famille des tyrannosauridae, fait partie des derniers dinosaures.

"Nous contestons l'importance, largement admise, de l'extinction massive comme origine et facteur de diversification des lignées de mammifères existants", déclarent Olaf Bininda-Emonds et son équipe scientifique de l'université technique de Munich. Ceux-ci soutiennent que cette diversification a commencé bien avant la disparition des dinosaures et s'est poursuivie bien après, la durée du phénomène étant bien supérieure à la brève période d'extinction proprement dite.

Pour arriver à ce résultat, Bininda-Emonds et ses collègues ont réussi à tracer le premier arbre généalogique comprenant la quasi-totalité des mammifères vivant aujourd'hui encore sur Terre et au cours des 160 millions d'années, soit 99% des espèces actuelles, alors que les études comparatives effectuées jusqu'ici ne portaient que sur des familles restreintes.

Auparavant, les données fragmentaires semblaient démontrer que les mammifères ne représentaient alors que quelques espèces insignifiantes, dont la présence de grands animaux empêchait toute évolution, jusqu'à ce qu'une catastrophe, telle la collision de notre planète avec un astéroïde, répande une grande quantité de poussière dans l'atmosphère. Celle-ci aurait alors bloqué la lumière du Soleil et entraîné la disparition de toute la chaîne alimentaire à partir des végétaux, et la mort de toutes les espèces ayant besoin d'une nourriture abondante. Seuls les petits mammifères, peu exigeants, auraient alors survécu.

Mais dans un communiqué, le Muséum d'Histoire Naturelle américain signale que même si ce fut en partie vrai, nombre de mammifères appartenaient à des branches éloignées de ceux dont les descendants sont parvenus jusqu'à nous, et ont tout de même disparu assez rapidement.

Les chercheurs cités ont déterminé qu'au contraire, la première grande diversification chez les mammifères est apparue il y a 166 millions d'années avec les monotrèmes (ornithorynques), puis il y a 148 millions d'années avec les marsupiaux. Enfin, tous les grands ordres de mammifères à placenta étaient déjà en place il y a 75 millions d'années, dix millions d'années avant la disparition des dinosaures.

43 grandes familles de mammifères qui nous sont toujours contemporaines ont ainsi survécu aux grands bouleversements qui ont accompagné la fin du Crétacé, alors que les dinosaures disparaissaient dans leur totalité. Une accélération du développement des mammifères s'est à nouveau produite durant l'éocène, de 55,8 à 33,9 millions d'années avant notre ère, sans que les raisons en soient précisément connues.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Ce petit dinosaure volait de branche en branche il y a 163 millions d’années  Ambopteryx longibrachium est un nouveau petit dinosaure dont le fossile a été découvert par un paysan aux abords de son village en Chine en 2017. Regardez comment cette créature se déplaçait dans la forêt où il chassait au cours du Jurassique supérieur. Ses ailes membraneuses lui permettaient de s’essayer au vol bien avant les oiseaux.