Après les vagues de chaleur interminables de l'été, c'est parti pour une anomalie froide durable en France : les températures vont à nouveau chuter la semaine prochaine. Nous n'avions pas connu une telle série de journées sous les moyennes des températures depuis janvier dernier !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Automne : pourquoi les arbres perdent-ils leurs feuilles ? De nombreux arbres préfèrent se débarrasser de leurs feuilles à l’automne, car elles consomment trop d'énergie.

Si l'actualité du printemps et de l'été 2022 avait été marquée par des remontées d'air brûlant en provenance d'Afrique du nord, les conditions météométéo de ce début d'automne sont radicalement différentes : depuis le 16 septembre, la France est sans cesse confrontée à des descentes d'airair polaire ! De l'air arctique va à nouveau se retrouver canalisé entre un anticycloneanticyclone situé au-dessus de l'Atlantique et une dépression sur la mer du Nord. Cet air froid n'aura d'autre choix que de plonger directement sur la France, occasionnant une nouvelle chute des températures.

Les températures se situeront 3 à 5 °C en dessous des moyennes de saison, soit environ 2 °C de moins que celles de la semaine passée. À Paris, le mercuremercure ne montera pas plus haut que 14 à 15 °C lundi et à peine 18 °C à Biarritz, soit des valeurs dignes de fin octobre. Lundi et mardi prochains seront les deux jours les plus frais de la semaine. La météo restera fraîche, humide et perturbée toute la semaine avec le retour de la neige dès 1.200-1.400 mètres et des cumuls importants à prévoir (50 cm) dans les Alpes du nord.

Un coup de frais après 8 mois au-dessus des normales

Cela fait bien longtemps que les français n'avaient plus l'habitude d'une telle fraîcheur : pour retrouver une telle série de journées situées sous les moyennes de saison, il faut remonter à mi-janvier dernier ! Depuis fin janvier, malgré quelques brefs coups de fraîcheur, les températures se sont sans arrêt situées au-dessus des moyennes de saison. Cela faisait donc huit mois que les températures se situaient quasiment quotidiennement au-dessus des normales. Cette fraîcheur n'a rien d'exceptionnel, même si elle est marquée : elle est en fait plus proche des normales que les températures réellement anormalement élevées de l'été et de début septembre.


Coup de froid sur la France dès ce week-end à cause d’une coulée d’air polaire

Article de Karine DurandKarine Durand, publié le 17 septembre 2022

Une descente d'air polaire va toucher la France ce samedi, avec une chute des températures de 10 à 15 °C. Des gelées très précoces pourront même se produire et certains devront rallumer le chauffage.

Après la plume de chaleur qui a donné lieu à plus de 120 records de chaleur lundi 12 septembre, la France va être concernée par l'arrivée d'un air polaire ce week-end. Alors que les températures de lundi dernier avaient dépassé de 14 °C les moyennes de saison dans le sud-ouest du pays, elles vont cette fois-ci se situer 3 à 5 °C en dessous des normales. Aucun record de fraîcheur n'est prévu, mais certaines régions vont perdre jusqu'à 15 °C.  

Fraîcheur durable et gelées précoces au programme

La présence d'un anticyclone sur l'Atlantique et d'une dépression sur la Pologne va canaliser un flux de nord, avec de l'air froid en provenance du pôle nord. Le temps va commencer à se rafraîchir ce vendredi, avec le retour de la neige sur les Alpes à partir de 1.600 mètres. Le week-end sera marqué par un temps frais pour la saison, associé à un ventvent froid : de 20 à 24 °C sur la moitié sud et une quinzaine de degrés sur la moitié nord.

L'amplitude thermique (différence des températures) entre le matin et l'après-midi sera frappante. Quelques gelées blanches précoces pourront se produire samedi et dimanche au nord-est et nord-ouest du pays, jusqu'en Normandie, voire en Bretagne. La date moyenne des premières gelées se situe généralement autour de mi-octobre, le possible gelgel de ce week-end pourrait donc avoir un mois d'avance ! Ce coup de fraîcheur va durer quasiment toute la semaine sur la moitié nord, et les habitants du nord-est du pays seront probablement contraints de rallumer leur chauffage.