Le diamant de 1.098 carats a été présenté par le président du Botswana Mokgweetsi Masisi. © Botswana Government, Twitter
Planète

Le troisième plus gros diamant du monde découvert au Botswana

ActualitéClassé sous :Gemmologie , pierres précieuses , diamant

Un diamant de 1.098 carats a été extrait de la mine de Jwaneng au Botswana par l'entreprise Debswana. Le pays est le premier producteur africain de diamants.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un nouveau diamant plus dur  Vidéo en anglais - L'Université nationale australienne a mené un projet visant à fabriquer un diamant dont on prévoit qu'il sera plus dur que celui d'un bijoutier et utile pour couper des matériaux ultra-solides sur les sites miniers. 

L'entreprise d'exploitation minière Debswana a annoncé ce mercredi 16 juin avoir découvert un diamant de 1.098 carats, soit le troisième plus gros diamant jamais découvert après le Cullinan (3.106 carats), découvert en Afrique du Sud en 1905, et le Lesedi la Rona (1.109 carats), extrait lui aussi au Botswana en 2015. Le diamant, qui mesure 73 mm de long, 52 mm de large et 27 mm d'épaisseur, a été extrait de la mine de Jwaneng, située au sud du pays, et considérée comme la mine de diamant ayant la plus forte valeur du monde en raison de la qualité et de la taille de ses pierres. Le Botswana est le 1er producteur africain de diamants et le deuxième mondial derrière la Russie. En 2019, un très rare diamant bleu profond avait déjà été extrait de la mine d'Orapa (voir ci-dessous).
 

La valeur de la pierre précieuse (qui dépendra notamment de sa coupe), n'a pas encore été estimée mais, pour référence, le Lesedi la Rona avait été vendu en 2017 pour 53 millions de dollars. Certains diamants de couleur peuvent atteindre des prix encore plus élevés, comme le diamant bleu Hope estimé à 250 millions de dollars.

Cette découverte est une excellente nouvelle pour le Botswana, s'est félicité le ministre des Ressources minérales Lefoko Moagi, étant donné que l'entreprise Debswana appartient à 50 % à l'État botswanais à part égale avec l'entreprise De Beers. En raison de la pandémie de Covid-19, la production de diamants au Botswana a chuté de 29 % en 2020.

Pour en savoir plus

Un très rare diamant bleu découvert au Botswana

Article de Céline Deluzarche publié le 26 avril 2019

Un énorme diamant ovale de couleur bleu profond de 20 carats vient d'être extrait de la mine d'Orapa. C'est le plus gros diamant bleu jamais découvert au Botswana.

La société d'État botswanaise Okavango Diamond Company (ODC) a dévoilé le 17 avril dernier le plus gros diamant bleu jamais découvert dans le pays, deuxième producteur de diamants au monde. Extrait de la mine d'Orapa, la plus grande mine de diamants à ciel ouvert située au centre du Botswana, il pesait 41,11 carats lors de son extraction avant d'être taillé.

Le bleu, la couleur la plus rare pour un diamant

Surnommée Okavango Blue en l'honneur du delta de l'Okavango, l'autre bijou naturel du Botswana, cette pierre ovale pèse à présent 20,46 carats et a été classée par l'Institut américain de géologie (qui fait référence en la matière) en indice de pureté VVS2, soit la plus haute classification pour un diamant de couleur. « C'est une découverte unique, aussi rare qu'une étoile dans la Voie lactée », s'est enthousiasmé Marcus ter Haar, directeur général de Okavango Diamond Company. Seul un diamant sur 10.000 possède une couleur naturelle et le bleu est la plus rare. Cette couleur est due à la présence de bore dans la roche lorsque la pierre s'est formée il y a entre 1 et 3 milliards d'années. Le diamant Okavango blue est classé dans la catégorie « Fancy Deep Blue », la teinte la plus intense.

L’Okavango blue, un exceptionnel diamant de couleur bleu intense a été découvert au Botswana. © Okavango Diamond Company

Les diamants bleus parmi les plus chers du monde

En 2016, le diamant bleu Oppenheimer Blue s'est vendu 56,4 millions de francs suisses (50 millions d'euros) lors d'une vente aux enchères chez Christie's à Genève. Quelques semaines plus tard, un autre diamant bleu intense de 24,18 carats nommé The Cullinan Dream s'est vendu 25,4 millions de dollars (22,6 millions d'euros) à New York. C'est pourtant un diamant rose qui détient à l'heure actuelle la palme du diamant le plus cher du monde : le Pink Star, une énorme pierre de 59,60 carats montée sur bague, a été acquis pour 553 millions de dollars de Hong Kong (62,9 millions d'euros) en 2017. L'Okavango Blue devrait être vendu d'ici la fin de l'année. Nul doute qu'il atteindra lui aussi un prix record.


L'un des plus gros diamants du monde découvert au Lesotho

Article de Jean-Luc Goudet publié le 18 janvier 2018

Au Lesotho, un énorme diamant vient d'être découvert, dans une mine qui en a offert bien d'autres. Ce cadeau est venu des profondeurs, apporté en surface par des éruptions volcaniques comme l'Homme n'en a jamais connu.

Belle découverte dans la mine de Letšeng, au Lesotho, petit royaume inclus au sein de l'Afrique du Sud : un énorme diamant pesant 910 carats, soit 182 g. Ce n'est pas le plus gros, certes, mais il est exceptionnel, d'après le communiqué de Gem Diamonds, copropriétaire de la mine. Le record de poids tient toujours, détenu par le Cullinan avec 3.106,75 carats (621,35 g), déniché en Afrique du Sud en 1905 dans la mine de Thomas Cullinan et installé sur la couronne royale britannique.

En revanche, les caractéristiques de celui découvert au Lesotho en font son égal par la couleur et la pureté. D'après Gem Diamonds, il est en effet à classer dans la catégorie « D », la meilleure pour la pureté du blanc. La pierre est aussi de type « IIa », c'est-à-dire qu'elle ne contient pratiquement pas d'azote ni de bore. Avec cette étiquette D-IIa, le diamant de Letšeng peut snober 99 % de ses collègues.

Le diamant de 910 carats extrait de la mine de Letšeng. Il est particulièrement pur et sa blancheur est exceptionnelle. © DR

Ce diamant est un cadeau de la kimberlite

D'après Bloomberg Quint, la mine de Letšeng est connue pour ses diamants de bonnes tailles. Elle détient le record (actuel) du XXIe siècle, le Lesotho Promise, trouvé en 2006 et pesant 603 carats (120,6 g). L'endroit est un diatrème, une cheminée d'un ancien volcan.

La mine exploite des filons de kimberlite (du nom de la ville de Kimberley, en Afrique du Sud), une roche volcanique très riche en eau et en gaz carbonique. Ces éléments volatils témoignent de phénomènes explosifs d'une violence extrême, que l'on ne peut que supputer puisqu'aucune explosion de ce genre n'a été observée par les humains. Il y a fort longtemps, ces éruptions ont fait remonter des roches venues des profondeurs du manteau supérieur, où elles ont subi de fortes pressions et des températures élevées. Pour trouver des diamants, c'est un bon endroit. La preuve.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !