Planète

Le scorpion jaune languedocien bien plus venimeux qu'il y paraît

ActualitéClassé sous :Faune , scorpion , Buthus occitanus

La dangerosité du scorpion jaune du sud de la France, Buthus occitanus, vient d'être réévaluée à la hausse. C'est ce qui découle d'une première étude de la composition biochimique du venin de cette espèce pourtant répandue en région méditerranéenne, et par ailleurs protégée.

Plus grand scorpion européen (8 cm des pinces à l'extrémité de la queue), Buthus occitanus se distingue facilement du petit scorpion noir à queue jaune (Euscorpius flavicaudis), inoffensif pour l’Homme et dont il affectionne les habitations. © Malpolon, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0

Jusqu'à présent, les investigations sur le degré de toxicité des scorpions étaient certainement données prioritaires à la vingtaine d'espèces identifiées comme mortelles pour l'Homme sur les 1.900 répertoriées dans le monde. Or, la quasi-totalité de ces espèces létales appartient à la famille des Buthidae où se classe précisément Buthus occitanus, le scorpion jaune du Sud de la France. L'an dernier, en Algérie, quatre personnes seraient décédées des suites d'une piqûre sur les 25.000 cas enregistrés. Qui plus est, une envenimation par la sous-espèce française Buthus occitanus Amoreux, dit scorpion languedocien ou occitan, a pu provoquer plusieurs cas de coma, notamment chez des enfants. Pour Marie-France Martin-Eauclaire, chercheuse à l'université Aix-Marseille, cet arachnide s'avère bel et bien dangereux pour notre espèce.

Dans une étude à des fins scientifiques mais aussi médicales parue dans Toxicon, cette spécialiste émérite du centre de recherche en neurobiologie et neurophysiologie de Marseille et ses collaborateurs ont collecté de 50 à 200 microgrammes de venin de quatre individus du Midi, près d'Orange (Vaucluse) et du massif des Maures (Var) — avant de les relâcher —, puis en ont analysé les composants biochimiques.

Chasseur nocturne d'araignées et de scolopendres, le scorpion jaune se terre en journée sous des pierres, dans des lieux ouverts, chauds et secs. Son venin serait plus dangereux qu’on le croyait. © Alvaro Rodriguez Alberich, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0

Le scorpion jaune, un arachnide doré dangereux mais rare

À leur grande surprise, le venin du scorpion Buthus occitanusAmoreux se révèle similaire, par la présence d'un large panel de toxines de type alpha, de celui d'espèces nord-africaines du genre Androctonus, responsables de 100 décès par an. Ces peptides bloquent les canaux ioniques responsables du passage des ions sodium (Na+) et potassium (K+) à travers la membrane des cellules nerveuses, musculaires ou encore glandulaires, et provoquent vomissements, diarrhées, troubles cardiaques et neurologiques, voire la mort. « Le Buthus languedocien peut représenter un danger réel pour l'être humain au même titre que les spécimens d'Afrique du Nord », conclut donc la toxicologue dans la revue Science & Santé (page 6) de l'Inserm.

Un résultat étonnant pour cette espèce, puisque d'autres animaux du genre Buthus, comme Buthus eupeus en Russie et Buthus martensii en Chine, sont connus pour leur venin à très faible quantité en toxines de type alpha, et par conséquent considérés comme bien moins nocifs pour l'Homme.

En France, le faible nombre d'envenimations par Buthus occitanus Amoreux serait dû à l'isolement géographique des populations, qui privilégient des habitats peu fréquentés par l'Homme, comme la garrigue calcaire ou encore des terrains ruraux en friche. Il y a donc peu de chances de croiser l'aiguillon de l'animal, qui reste de surcroît une espèce protégée et soumise à la réglementation préfectorale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi