Une usine de captage/stockage du dioxyde de carbone (CO2) vient d’être mise en service du côté de l’Islande. Un modèle à suivre ? © JT Jeeraphun, Adobe Stock
Planète

La plus grande usine de captage de CO2 au monde vient d'ouvrir

ActualitéClassé sous :Environnement , Réchauffement climatique , CO2

Parmi les solutions envisagées par certains pour limiter le réchauffement climatique, il y a le captage et le stockage du dioxyde de carbone (CO2). Et justement, la plus grande usine du genre a été mise en service hier, du côté de l'Islande.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] COP25 : la concentration de CO2 dans l’atmosphère sur 15 ans  Grâce à des données collectées sur Terre et depuis l’espace, la Nasa a compilé l’augmentation de la concentration de dioxyde de carbone et sa distribution mondiale pendant quinze ans. À la fin des mesures en 2015, le maximum atteignait 402 ppm ; aujourd’hui, nous en sommes à 418 ppm. 

L'histoire est-elle en train de s'écrire du côté de l'Islande ? Ce mercredi 8 septembre 2021, la plus grande usine au monde de captage de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère puis de son stockage souterrain a été mise en service. La start-up suisse Climeworks AG et la société islandaise Carbfix -- qui en sont à l'origine -- annoncent une capacité d'extraction de 4.000 tonnes de CO2 par an. C'est beaucoup, lorsque l'on sait que la quinzaine d'autres usines de ce type actuellement en fonctionnement captent au total quelque 9.000 tonnes de CO2 par an. Mais ça reste peu au regard des émissions mondiales de CO2 estimées à plus de 30 milliards de tonnes en 2020. Certains estiment toutefois l'effort nécessaire pour limiter le réchauffement climatique anthropique.

L'usine Orca -- en référence à l'islandais signifiant énergie -- aspire donc du CO2 directement de notre atmosphère. Au cœur de huit grands conteneurs. À grands renforts de ventilateurs qui aspirent l'air dans un collecteur équipé de filtres. Une fois le collecteur saturé, la température est augmentée pour libérer et isoler un CO2 très concentré. Il est ensuite mélangé à de l'eau puis injecté dans le sous-sol, à quelque 1.000 mètres de profondeur. Il finira par s'y transformer en roche.

4.000 tonnes de CO2, c’est seulement l’équivalent des émissions d’environ 800 voitures… © Nady, Adobe Stock

D’autres usines de captage/stockage du CO2 à venir ?

Rassurez-vous, le système est alimenté en énergie renouvelable par une centrale géothermique située à proximité. Mais il n'est pas seulement énergivore. Il est aussi coûteux. Un défaut que les concepteurs espèrent amoindrir avec son industrialisation à grande échelle. De plus en plus d'entreprises et même de particuliers cherchant à réduire leur empreinte carbone.

Autre projet du même type, d'ailleurs. Celui de la société pétrolière américaine Occidental. Elle développe une grande installation de captage direct du CO2 destinée à extraire cette fois un million de tonnes du gaz à effet de serre de notre atmosphère par an. Le tout dans la région des champs pétrolifères du Texas.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !