Dans une analyse du futur des océans, des chercheurs regroupés sous le nom d'Oceans 2015 Initiative, souhaitent alerter les décideurs qui se retrouveront en fin d’année à Paris pour la COP 21. Jean-Pierre Gattuso, premier auteur de l’article publié sur ce problème, rappelle que « les mers et océans n’ont pas été jusque-là considérés à leur juste valeur dans les négociations climatiques ». Le chercheur espère que cette étude pourra changer la donne.
Cela vous intéressera aussi

Depuis le début des années 1970, l'océan a absorbé plus de 90 % de l'excès de chaleurchaleur lié à l'augmentation de l'effet de serreeffet de serre, limitant ainsi la température de l'airair mais réchauffant l'eau et augmentant le niveau de la mer. Il a également absorbé plus du quart des émissionsémissions de CO2 d'origine anthropique depuis 1750, ce qui acidifie l'eau de mer. Enfin, l'océan reçoit la totalité de l'eau libérée par la fontefonte des glaciersglaciers et des calottes polaires, ce qui contribue à l'élévation du niveau de la mer.

L'océan tempère donc le réchauffement global du climatclimat mais au prix d'une altération profonde de son fonctionnement physiquephysique et chimique, de ses écosystèmesécosystèmes et des services qu'il fournit à l'humanité. Regroupés sous le nom Oceans 2015 Initiative, une vingtaine de chercheurs du monde entier, notamment du CNRS (centre national de la Recherche scientifique), de l'Iddri (institut du Développement durableDéveloppement durable et des relations internationales) et de l'UPMC (université Pierre et Marie CurieMarie Curie), publient dans Science une étude qui évalue et compare, pour deux scénarios contrastés d'émission de CO2, les risques d'impacts sur les écosystèmes marins et côtiers et les services écosystémiques rendus par les océans d'ici à 2100.

Des risques de dommages sur les organismes marins

Les chercheurs montrent que même le scénario à faibles émissions, qui correspond à l'objectif de +2 °C en 2100 fixé par l'accord de Copenhague, comporte des risques de dommages majeurs, notamment sur les coraux tropicaux et les bivalvesbivalves des latitudeslatitudes moyennes. Le risque d'impacts sur d'autres organismes et écosystèmes restera modéré dans le cas d'un tel scénario. En revanche, des scénarios plus émetteurs de CO2 -- par exemple si la trajectoire actuelle des émissions est poursuivie -- aggraveront considérablement la situation : presque tous les organismes étudiés par l'initiative Océans 2015 (coraux, ptéropodes, poissonspoissons, krillkrill etc.) devront faire face à des risques de dommages très élevés tels que des mortalités massives et d'importants déplacements d'espècesespèces.

De même, les services rendus par les écosystèmes marins et côtiers, la protection des côtes par les mangrovesmangroves ou les récifs coralliens, par exemple, l'aquacultureaquaculture, le tourisme ou la pêchepêche, feront face à des risques élevés à très élevés d'ici à 2100. On s'attend par exemple à des contraintes fortes sur les pêches tropicales dès la moitié de ce siècle, même dans le cas d'un scénario à faibles émissions de CO2. Cette étude montre également que plus l'océan se réchauffera et s'acidifiera, plus la gamme des solutions possibles (atténuer, protéger, réparer, adapter) se réduira. Comment, par exemple, accroître la résiliencerésilience de récifs coralliensrécifs coralliens s'il ne subsiste pas de coraux en bonne santé ?

Certaines options sont aussi antagonistesantagonistes. Par exemple, si la gestion du rayonnement solairerayonnement solaire est mise en œuvre pour limiter l'augmentation de la température, elle aurait l'effet pervers de réduire les incitations à diminuer les émissions de gaz à effet de serregaz à effet de serre, ne réglant donc pas le problème de l'acidification de l'océan. « Au regardregard de l'étendue des changements attendus, aucun pays n'est à l'abri, ce qui fait de cette question un enjeu mondial, au-delà des classiques divisions Nord/Sud », explique Alexandre Magnan, chercheur à l'Iddri et co-auteur de l'article.

Les modifications physiques et chimiques de l'océan pourraient avoir un impact sur les organismes et les services écosystémiques selon deux scénarios : atténuation élevée (RCP2.6) et <em>business-as-usual</em> (c'est-à-dire si la situation perdure) (RCP8.5). Les changements de température (∆T) et de pH (acidité ; ∆pH) en 2090-2099 sont exprimés par rapport à la période préindustrielle (1870-1899). L'augmentation du niveau de la mer (SLR) en 2100 est exprimée par rapport à 1901. RCP2.6 est beaucoup plus favorable à l'océan même si plusieurs écosystèmes, biens et services restent très vulnérables. Ce scénario fournit également des options de gestion plus efficaces. Sur ce schéma, h, l et m correspondent respectivement aux latitudes hautes, moyennes et basses. © CNRS

Les modifications physiques et chimiques de l'océan pourraient avoir un impact sur les organismes et les services écosystémiques selon deux scénarios : atténuation élevée (RCP2.6) et business-as-usual (c'est-à-dire si la situation perdure) (RCP8.5). Les changements de température (∆T) et de pH (acidité ; ∆pH) en 2090-2099 sont exprimés par rapport à la période préindustrielle (1870-1899). L'augmentation du niveau de la mer (SLR) en 2100 est exprimée par rapport à 1901. RCP2.6 est beaucoup plus favorable à l'océan même si plusieurs écosystèmes, biens et services restent très vulnérables. Ce scénario fournit également des options de gestion plus efficaces. Sur ce schéma, h, l et m correspondent respectivement aux latitudes hautes, moyennes et basses. © CNRS

Prendre en compte l'océan durant la COP 21

Les auteurs tirent quatre messages de cette étude :

  • L'océan est un acteur clé du changement climatiquechangement climatique et l'avenir de l'humanité dépend de celui de l'océan ;
  • Les impacts des émissions de CO2 dans l'atmosphère sur l’océan mais aussi sur ses êtres vivants, ses écosystèmes et les activités humaines qui en dépendent sont déjà détectables, à diverses latitudes. De nombreuses régions auront à faire face à des risques élevés bien avant 2100, même dans le cas d'une trajectoire d'émission bas carbonecarbone ;
  • Des efforts immédiats de réduction des émissions de CO2 sont donc plus que jamais indispensables pour prévenir le risque de modifications brutales et irréversibles des écosystèmes marins et les services qu'ils nous fournissent ;
  • Parmi les solutions permettant de faire face à ces risques, les options de protection, adaptation et de réparation deviennent moins nombreuses et moins efficaces au fur et à mesure que la concentration de CO2 dans l'atmosphèreatmosphère augmentera.

Au regard des futurs possibles mis en lumièrelumière dans cet article, les perspectives d'impacts sur l'océan apportent des arguments supplémentaires en faveur d'une diminution rapide, rigoureuse et ambitieuse des émissions de CO2. Un accord global sur le climat qui ne minimiserait pas les impacts sur l'océan serait incomplet et inadéquat.

À propos de l’Initiative Océans 2015

L'Initiative Océans 2015, ou Oceans 2015 Initiative, a pour objectif de fournir aux négociateurs de la COP 21 des informations clés sur le futur des océans. Elle regroupe une vingtaine d'auteurs issus de laboratoires du monde entier, préoccupés par le futur de l'océan. Cette initiative est coordonnée par le CNRS, l'UPMC et l'Iddri. Elle est soutenue par la fondation Prince Albert II de Monaco, le centre de coordination international sur l'Acidification des océans de l'agence internationale de l'ÉnergieÉnergie atomique, la Fondation BNP Paribas et l'association monégasque pour l'Acidification des océans.