Les Experts, version botanique : la couleur et la fluorescence des feuilles sont affectées par la décomposition de restes humains. © bettinche, Flickr
Planète

Science décalée : pour retrouver un cadavre, suivez la couleur des feuilles !

ActualitéClassé sous :botanique , médecine légale , police criminelle

La décomposition des restes humains produit des composés qui affectent la couleur et la réflectance des feuilles des plantes. Ces changements sont susceptibles d'être détectés par drone, ce qui permettrait de couvrir une large zone de recherche.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment la police scientifique enquête sur une scène de crime ?  Sur une scène de crime reconstituée pour la démonstration, un policier-enquêteur détaille les minutieuses opérations à effectuer pour comprendre ce qu’il s’est passé et relever tous les indices. L’ADN sera recherché sur le mégot et sur la tasse. Une poudre visualisera les « traces papillaires », qui permettront peut-être d’obtenir des empreintes digitales. 

Les affaires criminelles où les victimes sont soigneusement enterrées dans une forêt pullulent dans les rubriques Faits divers des journaux. En mai 2019, le corps d'un homme de 26 ans avait, par exemple, été retrouvé dans un bois près d'Andalou, dans le Bas-Rhin, sur les indications du suspect. Mais, en l'absence d'aveu et d'idée précise sur l'emplacement du corps, la recherche peut s'avérer longue et laborieuse. Des scientifiques de l'université du Tennessee (États-Unis) ont découvert un nouvel outil à destination de la police scientifique : la botanique. Dans un article publié dans Trends in Plant Science, Neal Stewart et ses collègues affirment qu'il est possible de détecter les cadavres en examinant la couleur des feuilles des arbres. Encore mieux : ces changements subtils seraient repérables depuis le ciel par drone.

Une « overdose » d’azote

Le premier indice est celui engendré par la décomposition du corps. Un cadavre humain contient environ 2,6 kg de composés azotés, de quoi apporter une grande quantité de fertilisant aux plantes qui vont alors produire davantage de chlorophylle. « Si l'on considère une surface de décomposition d'environ 3 m2, la quantité d'azote ajoutée à la rhizosphère est environ 50 fois supérieure au taux d'engrais azotés saisonnier recommandé pour les arbres et arbustes dans les zones tempérées des États-Unis », détaille l'étude. Le problème, c'est que les cadavres d'animaux en décomposition produisent le même effet reconnait Neal Stewart, surtout pour les gros mammifères comme les cerfs ou les daims. Mais les cadavres humains sont généralement enterrés plus profond, ce qui modifie la disponibilité des nutriments. Selon la rapidité de décomposition, on observe ainsi un changement de couleur et de réflectance des feuilles.

Comment détecter un cadavre grâce aux plantes. © Trends in Plant Science, traduction et adaptation C.D pour Futura

Gros fumeurs et vêtements synthétiques

Une autre piste possible est de détecter des composés chimiques spécifiques présents dans les cadavres humains. Les chercheurs mentionnent l'exemple du cadmium, qui est présent dans les poumons des gros fumeurs ou bien chez les gens vivant à proximité de sites contenant des déchets dangereux ou des usines libérant du cadmium. Ce dernier est métabolisé par la plante et affecte également la production de chlorophylle. Un troisième indice provient des substances contenues dans les vêtements et les chaussures qui, là encore, sont susceptibles de modifier la couleur des feuilles.

Détecter la « signature » humaine par drone

À présent, Neal Stewart et son équipe cherchent à identifier les métabolites les plus pertinents pour la détection de restes humains. Il a pour cela conçu un imageur de plantes capable d'analyser comment la réflectance ou la fluorescence des feuilles change avec le temps lorsque les plantes sont à proximité de restes humains. Une fois les spectres de diagnostic compilés, les chercheurs pourront alors identifier ces changements par drone, ce qui permettra de couvrir une large zone de recherche en peu de temps, « et ainsi déterminer les meilleurs endroits pour envoyer une équipe de recherche », avance Neal Stewart.

Les investigations se poursuivent dans la « ferme à cadavres » du laboratoire, un terrain d'un hectare près de la ville de Knoxville où les étudiants et chercheurs en médecine légale mènent leurs expériences sur les cadavres en décomposition. Un lieu particulièrement lugubre, mais rudement utile pour résoudre les affaires criminelles.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !