La rigidité cadavérique est l’un des signes biologiques de la mort. Elle disparaît lorsque commence la décomposition. Et des chercheurs nous apprennent aujourd’hui que de fait, un corps peut bouger au-delà d’un an après la mort !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La cryogénisation peut-elle nous préserver de la mort ? Actuellement dans le monde, environ 300 personnes attendent dans des caissons réfrigérés, en énull

La découverte a eu lieu dans la « ferme des morts » qui se trouve en périphérie de Sydney (Australie). Pendant 17 mois, Alyson Wilson, une diplômée en criminologie de la Central Queensland University (Australie), a photographié les mouvementsmouvements de l'un des 70 cadavres entreposés là. Son objectif était d'améliorer un système utilisé pour estimer l'heure du décès à l'aide de caméras time-lapsetime-lapse. Sa conclusion : les corps ne reposent pas vraiment en paix. Ils continuent de bouger pendant plus d'un an après la mort !

Rappelons que les fermes des morts constituent des établissements de recherche qui permettent aux scientifiques d'étudier des cadavres humains dans l'objectif notamment de faire progresser la médecine légalemédecine légale. L'institut australien de recherche expérimentale en taphonomie étudie les processus de biodégradation, notamment, intervenant depuis la mort jusqu'à la fossilisationfossilisation.

Pour la première fois, des chercheurs parmi lesquels Alyson Wilson – ici au Mexique pour identifier des crânes – ont pu capturer les mouvements d’un corps humain jusqu’à plus d’un an après sa mort. © Alyson Wilson, <em>Central Queensland University</em>
Pour la première fois, des chercheurs parmi lesquels Alyson Wilson – ici au Mexique pour identifier des crânes – ont pu capturer les mouvements d’un corps humain jusqu’à plus d’un an après sa mort. © Alyson Wilson, Central Queensland University

Des scènes de crime à reconsidérer ?

Les chercheurs pensent que les mouvements du corps observés sont liés à la décomposition. Le corps se momifie et les ligaments s'assèchent. Sans compter les éventuels coups de pouce de certains insectesinsectes ou de gazgaz encore prisonniers dans le corps. Et voilà comment des bras initialement le long du corps peuvent se retrouver déplacés sur les côtés. Puis même, pourquoi pas, revenir en position.

Alyson Wilson espère que ces travaux pourront aider à estimer l'heure du décès avec une précision accrue. De quoi limiter le nombre de personnes disparues à lier à des cadavres non identifiés. Et comprendre comment la décomposition peut influer sur la position d'un corps pourrait également aider à réduire le nombre d'erreurs ou de mauvaises interprétations d'une scène de crime.