Une araignée dont le venin détruit la peau a été identifiée par des chercheurs dans la vallée de Mexico. Cette espèce appartient à une famille d’arachnide que l’on trouve aussi en Europe, et qui provoque les mêmes dommages.

Cela vous intéressera aussi

Voilà qui ne va pas rassurer les arachnophobes. Les chercheurs de la National Autonomous University of Mexico (Unam) vient d'identifier une nouvelle espèce d’araignée dont la morsuremorsure peut causer une nécrose des tissus. Nommée Loxosceles tenochtitlan, du nom de l'ancienne capitale de l'empire aztèque, elle a été découverte dans la vallée de Mexico, située au centre du Mexique. Elle appartient au genre Loxosceles, dans lequel on trouve aussi l'araignéearaignée recluse (Loxosceles reclusa) ou l'araignée violoniste (Loxosceles rufescens), nommée ainsi en raison de la petite tache sombre en forme de violon qu'elle a sur le dosdos.

Une enzyme qui détruit les vaisseaux sanguins

Ces araignées possèdent un puissant veninvenin, qui bien que rarement mortel, renferme des enzymes toxiques qui détruisent les vaisseaux sanguins, aboutissant à une nécrose en profondeur de la peau. Très douloureuse, la morsure peut également causer de la fièvrefièvre, une importante fatigue, des douleurs articulaires et des nausées. La plaie commence par une tache violacée avec un pourtour rouge inflammatoire, qui peut donner lieu à une bulle hémorragique. Peu de traitements sont malheureusement disponibles, si ce n'est la prescription d'antibiotiquesantibiotiques pour prévenir le risque d'infection secondaire.

<i>Loxosceles tenochtitlan</i> possède trois paires d’yeux et mesure environ 8 mm de long (19-20 mâle, 21-22 femelle). © Unam
Loxosceles tenochtitlan possède trois paires d’yeux et mesure environ 8 mm de long (19-20 mâle, 21-22 femelle). © Unam

Le Mexique, paradis des araignées

On trouve des Loxosceles un peu partout dans le monde, mais le Mexique en accueille la plus forte diversité, avec 40 des 140 espèces connues. « Nous avions déjà reçu plusieurs signalements de Loxosceles tenochtitlan dans la région, mais nous pensions au départ qu'il s'agissant d'une Loxosceles misteca, dont elle est morphologiquement très proche, introduite dans la région accidentellement par une importation de plantes ornementales, relate Alejandro Valdez-Mondragón, de l'Unam. En étudiant sa biologie moléculairebiologie moléculaire, nous avons réalisé qu'il s'agissait d'une espèceespèce complètement différente » explique le chercheur. Les organes sexuels sont notamment distincts, les femelles possédant des réceptacles séminaux pour stocker le spermesperme. D'une taille d'environ 7 à 8 mm sans les pattes, son dos couleur brun foncé est orné du fameux violon bien visible.

L’araignée violoniste, une cousine européenne de tenochtitlan

D'autres espèces de Loxosceles sont présentes en Europe. Loxosceles rufescens est ainsi assez abondante sur le pourtour méditerranéen. En 2015, neuf cas de morsures ont été enregistrés en France dans la région Occitanie, dont cinq patients qui ont subi de graves lésions cutanées nécessitant une opération chirurgicale. En août 2016, un touriste belge en vacances dans le Vaucluse a échappé de peu à l'amputationamputation après avoir été mordu aux deux genoux pendant son sommeilsommeil par l'arachnidearachnide.

Mais rassurez-vous : l'araignée violoniste et ses congénères sont très peureuses et attaquent rarement les humains. Elles préfèrent se terrer dans les endroits sombres, secs et chauds, où elles se nourrissent de cafards, de mouches et d'autres insectesinsectes. Elles se cachent souvent sous des pierres ou se réfugient à l’intérieur des maisons sur les mursmurs, le sol ou le plafond, ainsi que dans les draps ou les vêtements. « La meilleure façon de les éviter est de garder une maison bien propre et de ne pas laisser traîner de déchets », conseille Alejandro Valdez-Mondragón.