La Casa Batlló est connue à Barcelone sous le nom de Casa de los huesos (« maison des os »). Elle doit ce nom à son architecture très originale : les balconsbalcons ressemblent à des fragments de crânecrâne avec les ouvertures pour les yeuxyeux et le neznez, les colonnes de la tribune du premier étage ont la forme d'os humains et de nombreux autres détails de la façade peuvent faire penser à un squelette.

Selon une autre interprétation, les balcons ressemblent à des masques vénitiens. La façade, ondulée et composée d'une mosaïque de verre et céramiquecéramique donne, sous l'effet du soleilsoleil, l'impression d'être en mouvementmouvement et d'onduler comme des vaguesvagues. Les colonnes vers le bas de l'édifice rappellent des troncs d'arbrearbre. Cela donne à la maison un aspect magique et féerique.

D'une manière générale, la maison présente, sur sa façade polychrome et ondulante, une allégorie de saint Georges tuant le dragon. Le toittoit fait penser au dosdos arqué d'un dragon et les tuilestuiles en céramique qui le recouvrent à ses écailles (à l'intérieur d'ailleurs il y a un escalierescalier en boisbois qui rappelle étrangement une colonne vertébralecolonne vertébrale, qui pourrait appartenir au supposé dragon). L'immeuble est surmonté d'une tour avec la croix de quatre bras, typique de Gaudí.

À l'intérieur, tout est aussi imaginatif : foyersfoyers, escaliers, meubles et pourtours de fenêtresfenêtres en bois, vitragesvitrages décorés.

La maison actuelle résulte de la rénovationrénovation d'une maison construite en 1877. Au début du XXe siècle, le propriétaire de l'immeuble de l'époque, un industriel du textile nommé Josep Batlló i Casanovas, demanda à Antoni Gaudí de refaire sa maison. Dans son idée première, Josep Batlló i Casanovas désirait faire entièrement reconstruire l'immeuble par l'architecte, pour en faire un édifice neuf, original, surprenant et remarquable à la manière de ce que Gaudí avait déjà fait pour la Casa Vicens, pour le Palau Güell ou encore la Casa Calvet. Pour cette raison, il demande à la mairie en 1901 l'autorisation de détruire l'immeuble existant, demande qui sera refusée.

Après quoi il sera décidé une reconstruction à partir de l'édifice existant. La nouvelle demande à la mairie, signée Antoni Gaudí et Josep Batlló i Casanovas, est déposée le 26 octobre 1904. Pour qui a vu les plans déposés, il est tentant de parler de « supercherie » tant les dessins sont évasifs quant au projet final. La partie supérieure du document décrit, étage par étage, les plans de l'habitation et ne diffère en rien d'un plan classique d'architecte, mais la partie inférieure montre le dessin d'une façade à peine ébauché, seules certaines parties comme le toit ou les fenêtres étant dessinées avec plus de précision. Antoni Gaudí se méfiait peut-être des réactions de la mairie vis-à-vis de son projet et il n'avait sans doute pas complètement tort dans la mesure où certaines normes n'étaient pas respectées. Ainsi, les colonnes de la façade dépassaient de 60 cm sur le trottoir. Malgré les réticences de la mairie devant le non-respect de certaines normes, le permis fut accordé.

Antoni Gaudí partit donc de l'édifice original pour créer un immeuble pratiquement nouveau. Sur la façade extérieure, il ajouta la tribune, les balcons, le toit orné de tuiles en céramique polychromées (japonaises), le grenier et deux étages additionnels. Sur la façade postérieure, les ajouts ou modifications sont moins visibles et visent surtout à l'harmoniser avec les façades des immeubles voisins. À l'intérieur, il réorganisa les espaces afin d'obtenir plus de ventilationventilation et de lumièrelumière naturelle. La cour intérieure, enfin, fut agrandie ; une grande lucarne centrale fut ajoutée, elle-même recouverte de céramiques.

© Texte : Wikipédia ; Photo : JasonJason Stajich, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

L'hôtel Burj al-Arab, à Dubaï, aux Émirats arabes unis
La maison basque rouge et blanche
La maison normande à colombage
L’Hemisfèric, à la Cité des arts et des sciences de Valence
La façade de l’hôtel Silken Puerta América, à Madrid
Les tours Petronas, à Kuala Lumpur, en Malaisie
Maison de paille à Santana, sur l'île de Madère
Le musée Guggenheim de Bilbao, en titane et calcaire
Greniers à mil au Pays Dogon (Mali)
Les bâtiments du quartier d'affaires de la City de Londres
La maison tortue, de l'architecte Kurt Völtzke, à El Gouna (Égypte)
Maison sur pilotis, à Bangkok, en Thaïlande
La grande mosquée de Djenné, en terre crue, au Mali
Le Kinémax du Futuroscope de Poitiers
Maisons traditionnelles islandaises
Ferme traditionnelle sur l’île de Læsø, au Danemark
Le Rock and Roll Hall of Fame, à Cleveland, aux États-Unis
Le centre culturel Kulturhuset i Ytterjärna, en Suède
L'architecture coloniale à Abidjan, en Côte d'Ivoire
Vue proche de l'entrée du musée Guggenheim de Bilbao
Le Minato Mirai 21, quartier d'affaires de la ville de Yokohama, au Japon
Les pagodes du lac Shanu, à Guilin, en Chine
L'araignée de Louise Bourgeois, au musée Guggenheim de Bilbao
Appartements sur le port de Bristol, en Angleterre
Al Hajjarah, un village du Yémen sur les montagnes du Djébel Haraz
La villa Aino Ackté, à Helsinki, en Finlande
Le pavillon du Futuroscope et son ancienne sphère
Maison peinte en Pologne
La « gate lodge » du Dorfold Hall, en Angleterre
L'Omnimax, bâtiment du Futuroscope de Poitiers
Architecture traditionnelle du peuple Mousgoum, au Cameroun
Le château de Himeji, au Japon
Détail des feuilles de titane du musée Guggenheim de Bilbao
Les maisons OVNI de Sanzhi, en Taïwan
Maman, la sculpture de Louise Bourgeois, au musée Guggenheim de Bilbao
La maison de la Mère Oie, dans le Kentucky (États-Unis)
Le Caprice de Gaudí, à Comillas, en Espagne
Vue côté fleuve du musée Guggenheim de Bilbao
La Moor House, dans la City de Londres
Le musée Guggenheim de Bilbao vu depuis l'esplanade
Le Clyde Auditorium de Glasgow, en Écosse
Le Sage Gateshead, de l'architecte Norman Foster, en Angleterre
La Cité des arts et des sciences de Valence, de Calatrava et Candela
Vue générale du musée Guggenheim de Bilbao
Le musée des sciences Príncipe Felipe, à Valence
La chancellerie fédérale allemande, à Berlin
La villa Kérylos, près du cap Ferrat, sur la Côte d'Azur
L'entrée du musée Guggenheim de Bilbao