Le designer Christophe Pillet fait de l'écoresponsabilité des meubles une priorité. © Ethimo

Maison

Les meubles écolo : l’innovation du marché des meubles design

Question/RéponseClassé sous :décoration , Made in France , meubles écologiques

Aujourd'hui, suivant le mouvement de fond d'une société globalement plus durable, les consommateurs veulent également faire de leur intérieur un environnement plus naturel et écologique. De fait, l'innovation en matière d'ameublement s'oriente vers des meubles design, confortables, mais aussi plus écologiques dans le respect de l'environnement.

Le secteur de l'ameublement connaît une embellie en 2019, avec des ventes de mobilier qui connaissent une croissance de +2 % sur le seul premier trimestre. Dans ce secteur fortement concurrentiel, les éditeurs de meubles cherchent à répondre au mieux aux attentes de leurs clients. Et l'une des tendances qui s'inscrit durablement, c'est bien leur volonté d'acheter des meubles plus respectueux de l’environnement, comme le souligne notamment le premier moteur de shopping spécialisé meubles et déco, meubles.fr.

Et cette démarche est vraie tant sur la transparence de l'origine des matériaux et des conditions de travail de ceux qui les ont produits, la traçabilité, que sur l'utilisation de matériaux plus écologiques, sur l'empreinte écologique nécessaire à leur fabrication, sur leur durée de vie, voire leur possibilité d'être recyclés. Les designers et les éditeurs de meubles innovent ainsi sans cesse pour proposer à la fois des meubles design, beaux, confortables, solides et éthiques.

Des matériaux plus écologiques

On est bien loin des intérieurs où le plastique était roi des années 1970-80, un matériau pratique, pas cher et facile d'entretien... mais également très « polluant ». Depuis quelques années, nous assistons à un « retour aux sources » avec la volonté de vivre dans une ambiance plus naturelle et plus chaleureuse. L'innovation dans l'ameublement se tourne ainsi vers des matériaux et des produits qui respectent au mieux l'environnement. Les meubles « écolo » sont composés d'éléments naturels, organiques ou recyclés. Pour le bois, la référence, ce sont les éco-certifications, comme les labels PEFC, ou FSC pour une gestion durable des forêts. L'architecte-décoratrice-designer marseillaise Bara Keltoum achète même son bois dans des pays comme la Pologne ou la Belgique qui proposent des plantations d'arbres uniquement dédiées à l'ameublement. « Je refuse d'acheter en Indonésie. Et comme cela, je ne participe pas à la déforestation ! »

L'ameublement innovant passe également par l'utilisation de plus en plus massive des fibres végétales et naturelles, le bambou, le rotin, le jonc de mer, la fibre de coco, le chanvre, le lin, la laine, le coton bio...

En matière d'innovation, les peintures et les vernis des meubles, des objets et des murs sont également de plus en plus écologiques, certains fabricants proposent ainsi des labels bio. Il existe aussi des procédés innovants de pulvérisation à chaud d'huiles naturelles, qui permettent non seulement de réduire considérablement la quantité de solvants, mais aussi d'améliorer de manière significative la résistance à l'usure des surfaces, ou des matériaux comme des panneaux de particules à très faible émission, exempts d'isocyanates et de résine phénolique.

À savoir : 100 % recyclable et à l'infini, l'acier est aussi le matériau antigaspi par excellence.

À noter aussi : les biomatériaux sont encore souvent au stade expérimental mais progressent vite. Ils sont issus de matières naturelles renouvelables comme les céréales (blé, maïs, soja) mais aussi de matières non alimentaires comme le bois, les algues, les déchets organiques...

Des designers et éditeurs dans une approche durable

Tous les professionnels s'intéressent à la question, car le meuble « écolo » a un énorme avenir devant lui. Le marketing autour de l'écologie fonctionne très bien. Afficher le label environnemental fait vendre. Le potentiel de ce secteur de l'ameublement responsable est énorme, avec des enjeux économiques très importants. Ainsi se sont créées des maisons d'édition de mobilier design « éco-sympathiques » et « Made in France », comme Isidore qui conçoit, développe et fabrique un mobilier design de qualité, beau et utile, confortable, et respectueux de l'environnement. Avec un concept durable : imaginer un produit modulable qui peut évoluer au fil du temps. 

Cette approche éco-responsable est également la philosophie du créateur Christophe Pillet, designer et architecte d'intérieur, qui fait de la simplicité, du raffinement et de la sensualité son credo. « Le moment que nous vivons aujourd'hui me semble plus marqué par un désir de valeurs pérennes et de qualités durables, que par la recherche frénétique de ce qui serait la dernière "tendance". Il y a une grande attente pour des choses qui "passent le temps", qui ne se démodent pas, qui ne se dégradent pas, et qui nous accompagnent plus longtemps. Ce qui m'intéresse, c'est l'évolution de nos aspirations à vivre, à consommer différemment. Peut-être l'urgence écologique fait-elle émerger un sentiment rassurant dans l'idée de consommer moins, de jeter moins, de garder plus longtemps ? »

C'est aussi le cas du jeune designer de 37 ans, Paul Bellila qui crée des paysages d'intérieur en imaginant des meubles qui rappellent l'environnement naturel et les matériaux de nos campagnes. « Venant de la campagne, j'avais besoin à Paris, une ville que j'aime beaucoup mais qui est très stressante, de recréer un environnement naturel dans les intérieurs. C'est comme cela que m'est venue l'idée de créer des paysages d'intérieur, des meubles et des objets que l'on peut contempler. » Et le bois fait toujours pleinement partie de son travail. « Je suis très à l'aise avec ce matériau. Je connais aussi bien les anciennes techniques que les nouvelles. »

Paul Bellila recherche le naturel dans la conception des meubles. © Paul Bellila

Un retour en force du « Made in France »

Grâce à cette aspiration des Français pour les meubles « écolo », les créateurs et les fabricants français trouvent aussi un second souffle. Parce que le « Made in France » est devenu un outil marketing qui fait vendre. Le haut de gamme et la « french touch », associés avec une stratégie plus ambitieuse des marques et enseignes, représentent ainsi de réelles nouvelles opportunités. Et les fabricants français affichent de nombreux atouts à valoriser auprès des clients internationaux : productivité, maîtrise de la logistique et des nouveaux modèles de distribution, notamment le e-commerce, fonctionnalité, sur-mesure, innovation, design... avec une certaine idée de l'art de vivre à la française, tellement appréciée dans de nombreux pays.

La créativité et l'innovation vont donc bon train pour réaliser des meubles design 100 % français, ou presque, dans cette approche de fabrication durable. Pour répondre à cette nouvelle demande, les créateurs et fabricants du territoire sont ainsi soucieux de la traçabilité des produits tout en répondant, bien sûr, à des normes respectueuses de l'environnement et à une législation du travail tout autant respectueuse de l'humain. Lorsque l'on achète un meuble « Made in France », nous pouvons savoir d'où viennent les matériaux, comment et où il a été réalisé, par qui, et dans quelles conditions de travail. Comme le précise l'architecte-décoratrice-designer Bara Keltoum : « Lorsque je conçois un meuble et que je le fais fabriquer, il est très important pour moi d'avoir une totale traçabilité de toutes les étapes de la fabrication. D'ailleurs, la plupart de mes clients l'exigent aussi. »

La nouveauté du recyclage

S'il est une tendance qui a de multiples avantages, c'est bien le recyclage de l'ameublement. Selon l'éco-organisme dédié à la collecte et au recyclage des vieux meubles, Éco-mobilier, la moitié des meubles étaient recyclés en 2012. Cet organisme, en association entre autres avec les fabricants et les professionnels du secteur, a ainsi répertorié sur tout le territoire français les lieux de collecte dédiés, et propose des solutions pour que notre ameublement puisse être recyclé. Il existe également de plus en plus de sites entre particuliers, tels que Co-recyclage, qui fait du don de meubles son credo.

Parallèlement, les créateurs se sont bien sûr mis à la page en nombre pour répondre à une demande croissante des consommateurs d'un mobilier écoresponsable. Ils imaginent, dès leur conception, des meubles qui trouveront une seconde vie, utilisant des matériaux recyclables et diminuant au maximum les colles, les solvants et les peintures classiques. S'est développé également tout un pan du secteur de l'ameublement uniquement dédié au recyclage des vieux meubles. Une approche de créateurs ou artistes engagés qui allie la mode vintage, la protection de l'environnement en allant vers une démarche de « 0 déchet », avec de substantielles économies à la clef. Recycler ses vieux meubles, c'est possible de le faire soi-même grâce au DIY, « Do It Yourself ». Sur la toile, de multiples tutoriels nous proposent de réaliser la transformation de nos vieux canapés, chaises, tables basses, luminaires et autres objets de notre intérieur.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi