Maison

Jardinage : le choix et le drainage d'une terre

Dossier - Adoptez un jardin de ville
DossierClassé sous :jardin , jardin de ville , balconnière

Si vous avez la chance de posséder un jardin, vous devez être comblé ! Produire des légumes appétissants, cueillir des fruits délicieux et réaliser de magnifiques bouquets ne doit avoir aucun secret pour vous. Mais si vous ne disposez que d’un petit balcon de rien du tout, fermé ou non par des vitres, d’une terrasse, d’une loggia, d’un patio ou voire seulement de quelques fenêtres à fleurir, va-t-il falloir vous désespérer ? Non, surtout si vous avez la main verte !

  
DossiersAdoptez un jardin de ville
 

Les différentes plantes que vous allez faire pousser sur le rebord de vos fenêtres, sur votre balcon, dans votre patio ou sur votre terrasse vont, bien sûr, réclamer quelques soins pour bien s'épanouir. Ne les négligez pas...

Bien préparer le terrain. © Congerdesign, Pixabay, DP

Choix d’une terre

Tout d'abord, évitez autant que possible l'emploi d'une terre classique de jardin car elle aura toujours tendance à se tasser rapidement. Toutefois, cela ne veut pas dire que vous allez devoir écarter ce support à tout prix ! Il faudra l'associer à d'autres éléments. En effet, vous allez pouvoir garnir vos jardinières de supports terreux différents, en les mélangeant judicieusement et en tenant compte des plantes que vous désirez y cultiver.

  • Mélanges terreux : l'association à parts égales de tourbe et de sable convient parfaitement aux décorations saisonnières qui ne restent en place que trois à quatre mois seulement. Ajoutez au besoin à cette association quelques poignées de fumier en poudre. Vous apprécierez sa porosité et sa faculté de ne pas trop se dessécher rapidement. Voici deux formules qui vous donneront également satisfaction : deux parts de terre ordinaire et une part de tourbe ou de terreau et, si votre sol a une tendance argileuse, une part de terre, une part de tourbe ou de terreau et une part de sable de rivière. Là encore ajoutez un peu de fumier déshydraté et un engrais pour fleurs, à bien répartir, 15 jours avant la plantation de vos fleurs.
  • Cas particuliers : si vous désirez cultiver des hortensias et des plantes dites « de terre de bruyère » (rhododendrons nains par exemple), mélangez deux parts de terreau ou de tourbe, une part de terre de bruyère et une part de terre non calcaire. Pour accueillir des géraniums, préparez une combinaison de six parts de terre de jardin ordinaire, d'une part de terreau et d'une part de sable, le tout enrichi en fumier en poudre.

Il vous sera possible d'alléger un peu vos mélanges. Incorporez-y par exemple de la vermiculite, un matériau encombrant mais très léger, en vente dans les magasins de bricolage. Mais ne dépassez pas alors un pourcentage de matière ajoutée de 20 % de l'ensemble.

Des hortensias en pleine terre. © Michel Caron

Drainage de la terre

Le drainage de vos poteries va constituer un point important à ne surtout pas négliger ! Avant de remplir vos pots et jardinières, assurez-vous que leur base est trouée, de façon à permettre une évacuation de l'eau en excès, à la suite de pluies abondantes.

Disposez quelques tessons directement sur lesdits trous, puis deux ou trois centimètres de billes d'argile expansée, de débris de terre cuite, de simples cailloux, des coquillages ou même des boules de papier d'aluminium. Évitez d'utiliser à cette fin des morceaux de verre et de bois, ce dernier élément, en pourrissant, pouvant occasionner l'apparition d'une maladie cryptogamique préjudiciable pour vos plantes.

Si vous disposez d'un grand récipient de culture, posez une toile ou un feutre de jardin sur ces matériaux de drainage avant d'y verser du terreau. Cette précaution évitera à votre support terreux de colmater plus ou moins le dispositif drainant.