Le 14 octobre 2014, l'Assemblée nationale a voté un projet de loi visant à promouvoir la croissance verte. Le gaz naturelgaz naturel peut s'inscrire dans cette démarche de transition environnementale. Il est notamment possible de combiner utilisation du gaz naturel et énergies renouvelablesénergies renouvelables.

Le texte veut amener à créer un nouveau modèle énergétique, évolutif et diversifié. Ses rédacteurs font le choix de ne pas opposer les énergies les unes aux autres mais d'établir des complémentarités plus profitables. Cette synergiesynergie se retrouve dans les applicationsapplications du gaz naturel en couplage avec des énergies renouvelables : aérothermie, géothermiegéothermie, solaire, etc.

Le chauffage gaz naturel peut se combiner aux énergies renouvelables comme le solaire. Il est également possible de combiner le gaz et une pompe à chaleur dans une chaudière hybride. © Pujanak, DP

Le chauffage gaz naturel peut se combiner aux énergies renouvelables comme le solaire. Il est également possible de combiner le gaz et une pompe à chaleur dans une chaudière hybride. © Pujanak, DP

Gaz naturel et énergies renouvelables

En favorisant la rénovationrénovation des bâtiments, la loi compte tirer un triple avantage : alléger la facture énergétique, diminuer les émissionsémissions de gaz à effet de serregaz à effet de serre et créer des emplois. Il s'agit aussi d'améliorer la qualité de l'airair et la santé des français grâce au développement des transports propres.

Parmi les autres dispositions, le renouvelable devra représenter le quart de la consommation finale d'énergie brute à l'horizon 2020 et près du tiers en 2030. De même, d'ici 2025, la part du nucléaire dans la production d'électricité devra passer de 75 à 50 %. Un but qui peut notamment être atteint avec l'utilisation du gaz naturel et des énergies renouvelables.

Quid de la réglementation thermique ?

La constructionconstruction neuve est actuellement soumise aux exigences de la RT 2012RT 2012. Elle impose une consommation d'énergie primaireénergie primaire limitée en moyenne à 50 kWh/m2 par an pour les cinq usages considérés dont le chauffage, l'eau chaude et l'éclairage.

La mesure est en fait transitoire car d'ici 2020, les bâtiments devront produire plus d'énergie qu'ils n'en consomment (BeposBepos). De son côté, le label BBC-rénovation, d'application volontaire mais encouragée, fixe cette limite de consommation à 80 kWh/m2 par an, tandis que les objectifs de la Haute Performance Énergétique (HPEHPE) rénovation tournent autour de 150 kWh/m2 par an, valeur modulée selon la zone climatique et l'altitude.

Le rôle du biogaz

En récupérant le gaz issu de la décomposition de déchetsdéchets domestiques, agricoles ou industriels, il est possible d'obtenir une quantité importante de biogazbiogaz. Le biogaz représente une source d'énergie 100 % renouvelable et quasiment inépuisable qui a toute sa place dans la démarche de transition environnementale. Débarrassé de certains composés indésirables, il devient du biométhane, un gaz présentant les mêmes propriétés que le gaz naturel.