L'exploitation du bambou s'opère avec une simple coupe, sans sciage. La légèreté de cette plante facilite son transport et en fait un matériaumatériau écologique très avantageux. Le bambou reste pourtant peu exploité du fait de la difficulté d'assemblage de ses fibres. Dans la constructionconstruction, le bambou est surtout transformé en lamelles, en fibres ou en poudres.

Comme le boisbois, le bambou permet de réaliser des charpentescharpentes, avec des assemblages ligaturés. Il entre dans la composition de tous les ouvrages structurels, poteaux, mursmurs, planchersplanchers, toituretoiture. Le débitdébit en lamelles permet la confection de tuilestuiles ou de parois tressées. Sa forme en tube est mise à profit pour réaliser des canalisationscanalisations ou des conduites d'eau, une fois que les cloisons intérieures de la tige ont été enlevées.

Caillebotis verticaux en bambou. Protection solaire et parement des façades exposées au soleil. Bureaux BBC à Sénat. © Monica Donati Architectes, Dunod - Tous droits réservés

Caillebotis verticaux en bambou. Protection solaire et parement des façades exposées au soleil. Bureaux BBC à Sénat. © Monica Donati Architectes, Dunod - Tous droits réservés

Exploitation industrielle du bambou

La remarquable résistancerésistance mécanique des fibres de bambou, notamment à la traction, n'est pas entièrement exploitée dans les constructions traditionnelles du fait de la difficulté à réaliser les assemblages. En effet, la mise en traction des fibres demande une continuité de matièrematière dans l'assemblage que la section cylindrique de la tige de bambou ne facilite pas. Les possibilités offertes par les processus contemporains de transformation de la matière en fibres et lamelles laissent entrevoir de nouvelles façons d'exploiter les qualités de cette plante et de développer la construction en bambou.

Les maisons Lao de la bambouseraie d'Anduze sont entièrement réalisées en bambous. © AB - Tous droits réservés

Les maisons Lao de la bambouseraie d'Anduze sont entièrement réalisées en bambous. © AB - Tous droits réservés

Lamelles de bambou

Les chaumeschaumes sont débités en lamelles dans le sens de la longueur et débarrassés de leur couche externe. Certaines fabrications prévoient la mise en étuveétuve des lamelles avant transformation ultérieure. Une fois séchées, les lamelles sont rabotées et mises en oeuvre selon différentes techniques. Les lamelles pressées, dans le sens longitudinal ou vertical, permettent de fabriquer des panneaux qui entrent dans la composition d'agencements intérieurs ou des lames de parquetsparquets. Les lamelles peuvent aussi être comprimées à très haute pressionpression et encollées. Le matériau obtenu possède des caractéristiques plus uniformes que le bambou naturel. Il est plus dur et plus résistant.

Fibres et poudres de bambou

Le défibrage et le déchiquetage des tiges de bambou transforment le matériau en fibres ou en poudres qui entrent dans la composition de nombreux matériaux. Dans le secteur du bâtiment, les fibres sont employées en tant que renfortrenfort de matériaux soumis à de fortes dilatationsdilatations. On peut citer le renfort d'enduits, de plâtreplâtre ou d'étanchéitéétanchéité.

Ces applicationsapplications sont récentes et encore expérimentales pour certaines mais connaissent un développement important, dans la catégorie des matériaux écologiques, aussi dits « biosourcés ». La fabrication des polymèrespolymères exploite aussi les produits dérivés du bambou. Les tubes pultrudés ou extrudés avec des fibres de bambou présentent une alternative aux fabrications à base de fibres de verre ou de carbonecarbone, avec des résistances similaires et un impact environnemental beaucoup moins important.

Des industriels proposent des mélanges de fibres et de poudres à la demande, réalisés selon le cahier des charges défini pour le produit à fabriquer. Le bambou s'affirme comme une matière première à haute valeur ajoutée, capable d'entrer dans de nombreuses fabrications.