Maison

L'isolation en paille et ses bienfaits : bottes et parpaings

Dossier - Les écomatériaux, clé de la construction écologique
DossierClassé sous :Bâtiment , architecture durable , Architecture

-

Une offre grandissante d'écomatériaux aux propriétés toujours plus performantes est actuellement en plein essor et permet de répondre aux problématiques du développement durable. Paille, lin, plâtre, chanvre ou encore bambou : découvrez dans ce dossier toutes les clés pour utiliser au mieux ces nouveaux matériaux et construire votre maison écologique.

  
DossiersLes écomatériaux, clé de la construction écologique
 

L'utilisation de la paille, déchet agricole récolté après les moissons, est très ancienne. Associée à la terre, elle a servi à faire du torchis ou à améliorer les mélanges destinés à la fabrication de l'adobe ou du pisé. Mise en oeuvre sous forme de bottes liées, la paille ou le chaume a toujours été un bon matériau de couverture.

Au milieu du XIXe siècle, les outillages de plus en plus performants ont mécanisé l'agriculture. Pour le travail des moissons, les moissonneuses-batteuses associées aux botteleuses conditionnaient la paille en bottes parallélépipédiques, de forme régulière, faciles à entasser.

L'isolation en paille est de plus en plus répandue avec l'installation de panneaux de façade en ossature bois et paille. © Solnce712 CC by-sa 3.0

Des bottes de paille en forme de parpaings

Les bottes de paille ainsi produites, au matériau légèrement comprimé, se sont avérées fournir un matériau de construction plus isolant que le torchis et plus simple à mettre en oeuvre. On situe ces premières formes bâties en paille porteuse au Nebraska aux États-Unis, à la fin du XIXe siècle. Quelques initiatives françaises sont apparues dans les années 1920. Mais les matériaux modernes aux performances nouvelles ont à l'époque rapidement étouffé cette filière constructive. Les nouveaux paradigmes du développement durable rendent à nouveau ce matériau attractif.

Cette maison écologique est construite à base de parpaings de paille. © Colin Rose CC by-sa 2.0

La paille, tige résiduelle des graminées comestibles, tels le blé, le seigle, l'orge, l'avoine, l'épeautre, le petit épeautre ou le riz, est considérée dans la filière agricole comme un déchet. Les usages agricoles de ce résidu se résument aux litières pour les animaux ou au paillage. Les volumes requis pour ces usages sont minimes au regard de la production globale. On peut noter que cet excédent a conduit les semenciers à produire des variétés aux tiges plus courtes.

La reconversion de ce déchet en matériau de construction, qui plus est, produit sur tout le territoire, fait preuve d'un système intégré aux vertus remarquables. Ce matériau de récupération, isolant, qui absorbe du CO2 lors de son élaboration, peut approvisionner n'importe quel chantier dans un rayon inférieur à 50 km.