Maison

À l'origine de la fabrication du plâtre, le gypse

Dossier - Les écomatériaux, clé de la construction écologique
DossierClassé sous :Bâtiment , architecture durable , Architecture

-

Une offre grandissante d'écomatériaux aux propriétés toujours plus performantes est actuellement en plein essor et permet de répondre aux problématiques du développement durable. Paille, lin, plâtre, chanvre ou encore bambou : découvrez dans ce dossier toutes les clés pour utiliser au mieux ces nouveaux matériaux et construire votre maison écologique.

  
DossiersLes écomatériaux, clé de la construction écologique
 

Le plâtre, utilisé sous forme d'enduit ou de mortier pour assembler des ouvrages en maçonnerie, figure parmi les matériaux de construction traditionnels. L'utilisation contemporaine du plâtre procède pour beaucoup de transformations industrielles, avec les plaques et les carreaux.

La fabrication, à partir de gypse calciné, est facilement accessible d'autant que cette roche est souvent présente à ciel ouvert. Les Égyptiens et les Romains l'ont mis en œuvre à des fins décoratives mais l'ont aussi utilisé pour ses propriétés ignifuges remarquables. Le gypse, très abondant dans la région parisienne, a été associé aux constructions parisiennes à pans de bois dès le XVIIe siècle. De nombreux immeubles possèdent encore aujourd'hui des façades en plâtre.

Extraction du gypse

Le gypse, roche sédimentaire, est extrait des carrières qui peuvent être souterraine comme la très grande carrière de Montmorency en Ile-de-France, ou à ciel ouvert. La roche est détachée du massif par tirs de mines. Elle est enlevée à la pelle mécanique et subit un premier concassage sur place. La matière première qui sort de la mine par camion est criblée et se présente sous forme de masse granulaire, aux grains réguliers.

Le gypse est une roche sédimentaire. Elle est notamment présente en Sicile. © Kalima, CC by-nc 3.0

Cuisson du plâtre

Le gypse en provenance de la carrière est homogénéisé, broyé et chauffé à une température de 150 °C. Durant cette opération, le gypse qui est un sulfate de calcium hydraté (CaSO42(H20)) perd une molécule et demi d'eau. Il devient plâtre. Les impuretés contenues dans la roche, plus lourdes que le plâtre, se déposent au fond de la masse granulaire. Le plâtre se présente sous la forme d'une poudre très fine qui ne demande qu'à se réhydrater.

Gâchage du plâtre

Mélangé à l'eau, la poudre de plâtre forme une pâte liquide qui se durcit peu à peu. C'est le processus de l'hydratation qui dégage de la chaleur. Au cours de la prise, le plâtre reste souple et peut être travaillé pendant un certain temps qui varie en fonction de la chaleur ambiante. L'opération de gâchage du plâtre, lorsqu'elle est effectuée manuellement, fait appel au savoir-faire du plâtrier qui sait reconnaître la progression de la prise pour pouvoir le travailler le plus longtemps possible.