Maison

Paille porteuse, technique du GREB : la construction en paille

Dossier - Les écomatériaux, clé de la construction écologique
DossierClassé sous :Bâtiment , architecture durable , Architecture

-

Une offre grandissante d'écomatériaux aux propriétés toujours plus performantes est actuellement en plein essor et permet de répondre aux problématiques du développement durable. Paille, lin, plâtre, chanvre ou encore bambou : découvrez dans ce dossier toutes les clés pour utiliser au mieux ces nouveaux matériaux et construire votre maison écologique.

  
DossiersLes écomatériaux, clé de la construction écologique
 

L'utilisation de la paille comme matériau de construction retrouve actuellement un regain d'attention. La transformation de la paille s'est peu à peu développée avec l''industrialisation du procédé de fabrication. Paille porteuse, technique du GREB ou encore panneau de paille : il existe actuellement différentes techniques de construction.

La majorité des constructions actuelles qui mettent en oeuvre la paille associe bottes de paille et ossature bois. La paille qui a une fonction d'isolant est placée entre les montants de l'ossature. Ce mode constructif peut être préfabriqué. Les panneaux de mur ou de couverture sont préparés en atelier. Ce sont des caissons nervurés, dimensionnés en coordination avec les dimensions des bottes. Les variations constructives sont nombreuses. La construction d'une maison en paille nécessite alors la protection par un enduit à la terre ou à la chaux.

Bottes de paille. © Masaki Ikeda - Domaine public

Les caractéristiques thermiques des bottes de paille sont les suivantes : pour une densité moyenne comprise entre 80 et 120 kg/m3, le coefficient de conductivité thermique peut varier de 0,04 et 0,075 W/mK. Les bottes de haute densité, comprise entre 150 et 250 kg/m3, ont un coefficient de conductivité thermique qui varie de 0,06 et 0,12 W/mK.

Industrialisation du procédé et avis technique

La transformation des bottes de paille en blocs dont les dimensions et la densité sont régulières, est proposée par des entreprises qui ont industrialisé le procédé. Le « bloc Isopaille » par exemple, doté d'un Avis Technique, est fabriqué par pression de la paille préalablement contrôlée. L'hygrométrie du matériau est testée tout au long du processus. Le bloc est maintenu en forme et en compression pardeux liens. Le système est obligatoirement accompagné d'un pare-vapeur à l'intérieur et d'un pare-pluie à l'extérieur.

Le comportement au feu d'une façade de deux niveaux en ossature bois isolée en paille et revêtue d'un enduit a été vérifié à l'occasion d'une réalisation architecturale, à l'initiative de l'équipe de maîtrise d'oeuvre1. Le test a été réalisé dans les locaux du CSTB. Il a montré que ce procédé constructif satisfait au règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux équipements recevant du public, pour les façades R+2 de type rideau.

Vue d'ensemble des murs d'une maison écologique construite à partir de parpaings de paille. Colin Rose © CC by-sa 2.0

La technique du GREB

Mise au point par Patrick Déry au sein du Groupement de Recherche Écologique de la Batture au Québec, au milieu des années 1990, la technique du GREB prévoit deux ossatures bois légères, liaisonnées par des feuillards métalliques et espacées de la largeur d'une botte de paille. Le remplissage des murs associe un lit de bottes de paille, protégées par un mortier léger maintenu par des banches clouées sur l'ossature. Au bout de 24 heures, on monte le lit suivant, et ainsi de suite. Le mortier est constitué de chaux, de ciment, de sable et de sciure de bois. Cette construction empirique s'est avérée résistante car le mortier qui se mêle à la paille assure le contreventement.

La paille porteuse ou technique du Nebraska

La construction par murs porteurs en paille est répertoriée sous le nom de « technique du Nebraska ». Les murs sont constitués de bottes de paille empilées en quinconce, comprimées entre les lisses de la fondation et les pannes sablières. Ils sont protégés par un enduit à la chaux. Cette technique constructive est appréciée dans les régions peu boisées, comme en Angleterre, car elle ne nécessite que peu de bois.

Constructions et montages des murs porteurs en ballots de pailles.© Philipp, CC by-sa 2.0

Les panneaux de paille compressée

La paille compressée maintenue par des feuilles de carton collées sur les deux faces est utilisée pour réaliser des cloisons de distribution, autoportantes. Les panneaux posés sur une lisse basse en bois sont maintenus par des pattes de fixations sur les quatre côtés. Des pièces spéciales assurent la liaison des plaques entre elles. Ce procédé reçoit ensuite tout type de finition.

La paille déliée et nettoyée est disposée régulièrement et comprimée entre deux plaques chauffantes à une température comprise entre 180 et 200 °C. Cette nappe de paille comprimée est ensuite recouverte sur ses deux faces de carton épais encollé. Le chauffage assure la stérilisation de la paille et la polymérisation de la colle. Le procédé de la société « Stramentech » dispose d'un Avis Technique.