Maison

Le chaume de bambou, une tige légère et résistante

Dossier - Les écomatériaux, clé de la construction écologique
DossierClassé sous :Bâtiment , architecture durable , Architecture

-

Une offre grandissante d'écomatériaux aux propriétés toujours plus performantes est actuellement en plein essor et permet de répondre aux problématiques du développement durable. Paille, lin, plâtre, chanvre ou encore bambou : découvrez dans ce dossier toutes les clés pour utiliser au mieux ces nouveaux matériaux et construire votre maison écologique.

  
DossiersLes écomatériaux, clé de la construction écologique
 

Le bambou, matériau de construction parmi les plus anciens, est léger et facilement transportable. La chaume de bambou (la tige de la plante) est utilisé sous forme de cannes pour réaliser des structures légères. Débité en lamelles, il sert à fabriquer des panneaux. Sa fibre particulièrement résistante entre dans la composition de matériaux composites.

Le bambou est une herbe qui appartient à la famille des graminées comme le riz, le blé ou le maïs. Il est présent à l'état naturel sur tous les continents, à l'exception de l'Europe. Cette plante apprécie les climats chauds et humides. C'est pour cette raison que les plus belles espèces se trouvent en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique. Elle résiste toutefois à des températures négatives qui peuvent atteindre -20 °C. Pour cette raison, il pourrait être envisageable de le cultiver en Europe. La bambouseraie d'Anduze en France en fournit la démonstration.

Le bambou apprécie la chaleur et l'humidité mais il résiste aussi au froid comme ici, à la bambouseraie d'Anduze, en France. © AB - Tous droits réservés

Le bambou a une croissance très rapide. À la différence du tronc de l'arbre, la tige de la plante, le chaume, ne s'accroît pas sur le plan de sa section, mais croît comme une canne télescopique. Il atteint sa hauteur définitive en une saison et arrive à maturité en 4 ou 5 ans, durée au cours de laquelle les fibres se lignifient. Ce processus s'opère de l'extérieur vers l'intérieur et du pied vers le haut. Les chaumes les plus importants peuvent atteindre 35 mètres de haut et 25 à 35 cm de diamètre.

Composition du bambou

Comme le bois, le bambou est composé de fibres disposées dans le sens longitudinal de la tige. La cellulose, l'hémicellulose et la lignine sont les principaux composants. La lignification progressive des cellules fait que la masse volumique de ses parois n'est pas uniforme. Elle est plus dense en périphérie et en pied.

Le chaume de bambou, qui n'est autre que la tige de la plante, se développe très rapidement. © AB - Tous droits réservés

Le chaume de bambou est de forme tubulaire, creuse. Il est recouvert à l'extérieur d'une couche protectrice qui se présente comme un vernis. Il est cloisonné au niveau des noeuds. La morphologie du bambou en fait un matériau léger et résistant. Cependant, sa forme cylindrique rend les assemblages structurels difficiles.

Propriétés physiques du bambou

La masse volumique moyenne des parois du bambou est de 600 kg/m3. Cette valeur varie entre 500 et 800 kg/m3 entre le haut et le pied de la tige. La résistance moyenne à la traction d'un chaume de bambou est de 200 MPa. La résistance moyenne à la compression est de 70 Mpa. Ces valeurs varient en fonction de la section de la tige. Elles ne sont pas uniformes tout au long de la tige. La résistance à la traction est plus importante pour les parties de la tige dont la masse volumique est plus élevée, c'est-àdire les parties situées en pied. Le bambou est hydrophobe ; il ne pourrit pas. Mais il est vulnérable à un certain type d'attaques biologiques.