La cigarette électronique au service de la santé connectée. © Vladyslav, Adobe Stock
Tech

La cigarette électronique prend le virage du numérique

Question/RéponseClassé sous :technologie , Cigarette électronique , santé connectée
 

La cigarette électronique se perfectionne et passe même à l'intelligence artificielle. Une débauche de technologie destinée à accompagner les utilisateurs dans leur consommation et qui s'inscrit dans la tendance de la santé connectée.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : comment est née l'intelligence artificielle ?  L’intelligence artificielle vise à mimer le fonctionnement du cerveau humain, ou du moins sa logique lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Jean-Claude Heudin, directeur du laboratoire de recherche de l’IIM (Institut de l’Internet et du multimédia), nous explique l'origine de ces recherches. 

Après le grille-pain et l'oreiller connecté, la cigarette électronique est elle aussi en train de devenir un produit high-tech. Mises au point dans les années 2000, les premières e-cigarettes ressemblaient vaguement à un gros stylo muni d'une batterie et d'un réservoir à e-liquide. Certains modèles rudimentaires nécessitaient même l'appui prolongé sur un bouton pendant l'aspiration. Les générations ultérieures se sont progressivement perfectionnées, en intégrant des « mods » (abréviation de « modifiable »), des batteries amovibles offrant une meilleure puissance et une plus grande autonomie.

Des mods électroniques pour réguler la puissance

Les mods électroniques, équipés de circuits intégrés, comprennent généralement un petit écran LCD et peuvent être reliés à une application permettant d'afficher des informations (par exemple le pourcentage restant de batterie), de régler la puissance de vapotage ou la température ou encore de choisir un mode de vape. Certains écrans peuvent même afficher l'heure. Les mods apportent également une meilleure sécurité en évitant la surchauffe et prolongent la durée de vie de la batterie. Évidemment, tout ceci rend le dispositif plus lourd et plus encombrant (jusqu'à 250 grammes).

La cigarette électronique dopée à l’intelligence artificielle

Aujourd'hui, la cigarette électronique passe carrément à l'intelligence artificielle. La start-up française Enovap, lauréate du concours Lépine en 2018, se vante ainsi d'avoir créé « la seule cigarette électronique au monde à s'adapter aux besoins nicotiniques de chacun ». Composée de deux réservoirs ayant des concentrations en nicotine différentes, elle calcule le ratio d'évaporation des liquides de chaque réservoir afin de délivrer la concentration en nicotine requise. Le dispositif est surtout doté d'un algorithme qui va progressivement réduire l'apport en nicotine afin d'accompagner l'utilisateur vers un sevrage complet. Une application dédiée permet en outre de suivre sa consommation, le nombre de bouffées, la quantité de nicotine absorbée ou de recevoir des conseils personnalisés.

La start-up devrait bientôt être rattrapée par le géant américain Juul, qui envisage de lancer sa e-cigarette « intelligente » dans le courant de l'année 2021. Elle sera elle aussi munie d'un contrôleur intelligent adaptant la quantité de nicotine en fonction des habitudes de l'utilisateur. Tout cela a quand même un prix : le kit de démarrage chez Enovap, comprenant la cigarette électronique, un pack de pods, une batterie, un étui et deux flacons d'e-liquide est vendu 99 euros.

L’innovation au service de la santé

Cette débauche de technologie ne s'inscrit pas seulement dans la tendance du « tout connecté ». Les fabricants sont également contraints d'innover en raison du désintérêt et de la méfiance croissante envers leurs produits, accusés de favoriser la consommation de nicotine chez les jeunes, de créer une nouvelle dépendance et de contenir des produits toxiques. Selon un sondage BVA réalisé en 2019, trois Français sur cinq pensent désormais que vapoter est au moins aussi dangereux que fumer, à rebours du consensus scientifique. « Cette crise de confiance pourrait causer la mort de milliers de fumeurs alors que le tabac tue la moitié de ses fidèles consommateurs », craint l'Académie de médecine dans un communiqué. La cigarette connectée réussira-t-elle à inverser la tendance ?

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !