L’objectif du Mois sans tabac est d’inciter les fumeurs à arrêter de fumer pendant au moins 30 jours. Parmi les solutions pour les aider : le vaporisateur personnel. © bedya, AdobeStock

Santé

Mois sans tabac : la cigarette électronique pour arrêter de fumer

ActualitéClassé sous :Divers , cigarette électronique , vaporisateur personnel

D'abord présentée comme un outil efficace d'aide au sevrage tabagique, la cigarette électronique -- que l'on appelle aussi vaporisateur personnel -- défraie aujourd'hui la chronique. Et c'est dans ce contexte difficile, alors que débute en France le Mois sans tabac, que la jeune société française Enovap tente de promouvoir son vaporisateur personnel innovant spécialement conçu pour aider les fumeurs à arrêter le tabac.

Aux États-Unis, une étrange maladie frappe depuis plusieurs mois certains vapoteurs qui vapent de l'huile de THC achetée sur le marché noir. Cependant, les scientifiques l'affirment toujours : quand il est utilisé avec les e-liquides règlementaires -- ceux qui contiennent de la nicotine et qui sont disponibles sur le marché européen --, le vaporisateur personnel est significativement moins nocif que la cigarette classique. 95 % moins nocif selon le Public Health England. Et il semble être le moyen le plus efficace connu à ce jour pour arrêter de fumer. À tester, peut-être, en ce début de Mois sans tabac.

Sur le marché, la jeune société française Enovap propose depuis ce début 2019 un produit qui dénote : un vaporisateur intelligent à double réservoir. Le dispositif permet dans un premier temps d'ajuster la dose de nicotine à chaque bouffée pour mieux répondre aux besoins du fumeur. Une fois que l'utilisateur a quitté le tabac, le dispositif connecté permet de réduire progressivement sa consommation de nicotine en se reposant sur un algorithme intelligent, le tout soutenu par des visuels de suivi dispensés par une application mobile.

« Il faut savoir que les besoins en nicotine des fumeurs varient au cours d'une journée ou selon les circonstances. Ils peuvent, par exemple, être plus importants juste avant une réunion stressante ou lorsque le fumeur consomme de l'alcool. Avec le vaporisateur personnel, la délivrance nicotinique se fait plus lentement qu'avec la cigarette, le risque, c'est que le fumeur ne s'y retrouve pas dans ce genre de situation. Il rebascule alors sur la bonne vieille cigarette et le combat est perdu. Avec notre vaporisateur, le fumeur peut augmenter à loisir son niveau de nicotine dans ces moments pour réduire le risque de rechute », explique Marie Harang-Eltz, directrice scientifique d'Enovap.

Selon le Baromètre Santé Publique France, 700.000 fumeurs ont déjà arrêté la cigarette grâce à la cigarette électronique. Peut-être bientôt un peu plus avec le vaporisateur personnel intelligent commercialisé par Enovap. © Enovap

Un dosage personnalisé de la nicotine

Ainsi le sevrage tabagique constitue le premier objectif visé par Enovap. Et selon les premières données utilisateurs, cela semble plutôt bien fonctionner. « Mais il nous faudra mener une véritable étude d'efficacité avant de pouvoir annoncer des chiffres », prévient Marie Harang-Eltz. Celle-ci devrait être lancée très prochainement et s'étaler sur une année entière.

Comment ça fonctionne ? Dans l'un des deux réservoirs du vaporisateur, un e-liquide sans nicotine. Dans l'autre, un e-liquide, qui a une concentration en nicotine plus élevée. La technologie brevetée par Enovap permet de faire varier la concentration de nicotine instantanément de 0 à 18 mg/mL en ajustant la puissance envoyée sur chaque réservoir.

En début de sevrage, il faut donner la bonne dose de nicotine au fumeur.

« En début de sevrage, il est important de donner la bonne dose de nicotine au fumeur pour éviter la sensation de manque et risquer une rechute. Il est important de rappeler que la nicotine (utilisée aussi dans les substituts nicotiniques comme les patches) n'est pas nocive. C'est le monoxyde de carbone et les goudrons qui sont les substances nocives de la cigarette », explique Marie Harang-Eltz. « Dans un deuxième temps, si l'utilisateur a arrêté de fumer et souhaite ne plus utiliser de nicotine, Enovap propose une réduction progressive et personnalisée de sa consommation nicotinique jusqu'au moment où, si l'utilisateur le souhaite, il pourra même arrêter totalement la nicotine. » Et donc, se passer aussi du vapotage.

  • La cigarette électronique est un outil efficace d’aide au sevrage tabagique.
  • La société française Enovap propose un vaporisateur personnel intelligent à double réservoir.
  • Objectif : améliorer encore les performances de l’outil et aider les fumeurs à arrêter le tabac.
  • Les premiers retours sont encourageants.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : les dangers de la cigarette électronique, par Paul Hofman  Moins chère et peut-être moins toxique que le tabac, la cigarette électronique connait depuis quelques années un franc succès. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques de la cigarette électronique.