Tech

Réseaux sociaux : optimisation des échanges et réduction relationnelle

Dossier - Comprendre Facebook
DossierClassé sous :informatique , facebook , réseau social

-

Comprendre les médias sociaux et leur fonctionnement social et psychologique comme technique, tel est l’enjeu de ce dossier, qui s'appuie essentiellement sur l'exemple de Facebook.

  
DossiersComprendre Facebook
 

Ces échanges inconstants que l'on a sur les réseaux s'avèrent une formidable matière pour comprendre les évolutions de notre société. L'analyse des données issues de Facebook ou d'autres réseaux sociaux (comme le site relationnel OK Cupid par exemple, qui sur son blog observe très régulièrement ce que publient ses membres pour en comprendre les normes sociales) permet de porter un regard neuf sur le rôle de ces échanges, sur leur importance et surtout sur leurs significations.

Facebook favorise l'entregent, c'est-à-dire la capacité à entretenir un réseau de relations. © Luc Legay, Flickr CC by sa 2.0

La démultiplication des relations favorise l'entregent

Facebook essayait ainsi récemment de comprendre les relations de cause à effet entre la composition des messages des statuts et l'entregent d'une personne (c'est-à-dire sa capacité à entretenir un réseau de relations influentes), montrant que les messages qui ont le plus d'audience sont ceux qui se conforment le plus aux canons de la prise de parole classique dans l'espace public : « des messages plus structurés, désinvestis et moins personnels, se projetant vers l'avenir (fût-il proche) », rappelle Vincent Truffy. Rien que de normal. La technologie relationnelle à l'œuvre porte ses propres effets d'optimisation. Le plus souvent ses techniques favorisent certaines formes d'activités par rapport à d'autres : les réseaux sociaux favorisent globalement ceux qui partagent des liens entre eux plus que ceux qui discutent, ceux qui démultiplient les relations que ceux qui ont des relations intensives avec un groupe réduit.

Ces mesures ne discriminent pas pour autant la portée des autres messages, même si elles ne savent pas les valoriser : les messages moins structurés, plus personnels, qui servent à donner de la vacuité ou de l'épaisseur à nos relations demeurent néanmoins les plus nombreux. Échanger des banalités a certes moins d'impact sur notre entregent, mais n'est pour autant dénué de sens ou de plaisir, pour autant que nous nous sentions proches de cette personne. Facebook favorise ce sentiment de proximité, en nous montrant le flux de ceux avec qui nos échanges sont les plus nourris.

Pour Facebook, un seul réseau : l'amitié

Sur Facebook, chacun derrière nos écrans, nous échangeons nos quotidiens. Nos messages personnels se perdent dans le flux des relations que l'outil, dans sa logique d'optimisation, nous pousse à démultiplier. Nos amis, nos relations, nos collègues, les inconnus qui croient nous connaître sont tous indifféremment mêlés. Dans ce flux constant, notre bavardage prend sens, ou pas. Il est le ciment des relations. Mais en traitant toutes les relations sur le même pied d'égalité, Facebook en détourne le jeu. En ne permettant d'avoir qu'un niveau de relation (l'amitié) Facebook réduit la complexité relationnelle de sa base à son expression la plus simple. Il faudrait pouvoir avoir plusieurs niveaux relationnels pour caractériser nos relations (inconnus, relations, collègues, amis...). Or Facebook a tendance à tout lisser, mettant sur le même plan le signe social et l'information structurée, le privé et le public, le personnel et le professionnel.