Ce bras robotique peut sentir les objets qu’il touche et transmettre l’information tactile à l’opérateur. © Caltech
Tech

Le sens du toucher arrive sur les robots

ActualitéClassé sous :robotique , intelligence artificielle , peau artificielle

[EN VIDÉO] Interview : pourquoi construire des robots humanoïdes ?  L’androïde est sans doute le type de robot le plus complexe sur le plan mécanique. Futura-Sciences a interrogé Jean-Claude Heudin, directeur du laboratoire de recherche de l’IIM (Institut de l’internet et du multimédia) afin de comprendre pourquoi il incarne le pinacle de la robotique. 

Des ingénieurs de la Caltech ont créé un bras robotique contrôlé par des électrodes placées sur le bras d'un opérateur. Doté d'une peau artificielle remplie de capteurs, le robot peut transmettre des informations tactiles à l'opérateur humain.

La sensation de toucher nous apporte beaucoup d'informations sur les objets et nous permet plus facilement de les attraper ou d'interagir avec. C'est un sens qui manque aux robots, tout du moins jusqu'à présent. Les ingénieurs du California Institute of Technology (Caltech) ont développé une peau artificielle capable de détecter la pression, la température et même des produits toxiques.

Cette peau, décrite dans la revue Science Robotics, a été développée dans le cadre d'un système plus complet qui permet à un opérateur humain de contrôler les mouvements d'un robot et de ressentir ce que ce dernier touche. La peau est fabriquée avec un hydrogel gélatineux qui incorpore des capteurs, ce qui la rend plus molle comme une peau humaine.

Présentation de la peau artificielle. Activez la traduction automatique des sous-titres. © Caltech

Des capteurs imprimés pour détecter des explosifs

Les chercheurs ont créé une structure à base de fils de nanoparticules d'argent sur laquelle ils impriment directement les capteurs, ce qui leur permet de tester plus facilement nombre de configurations différentes. Ils utilisent par exemple du graphène imprégné de platine pour détecter le trinitrotoluène (TNT). La peau artificielle peut même détecter des virus grâce à des nanotubes de carbone sur lesquels ils ont ajouté des anticorps spécifiques.

Des électrodes imprimées sont placées sur le bras de l'opérateur et détectent les mouvements des muscles pour les reproduire sur le bras robotique. Ils ont entraîné une intelligence artificielle à reconnaître ainsi six gestes différents. L'opérateur reçoit un retour de la peau artificielle du robot sous la forme d'une stimulation électrique. Les chercheurs espèrent que leur système sera utilisé dans différents domaines, par exemple pour sentir la quantité de pesticides répandue sur un champ, trouver la source d'une pollution dans une rivière ou encore détecter des traces d’explosifs sur un sac suspect dans un aéroport ou une gare.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !